Ajustement structurel

Politique économique imposée par le Fonds monétaire international (FMI FMI Le FMI est né le même jour que la Banque mondiale avec la signature des Accords de Bretton Woods (1944). Le rôle du FMI était de défendre le nouveau système de changes fondé sur la parité dollar/or. A la fin de Bretton Woods (1971), le FMI est maintenu et se révèle petit à petit le gendarme et le pompier du capitalisme mondialisé : gendarme lorsqu’il impose ses programmes d’ajustement structurel ; pompier lorsqu’il intervient financièrement pour renflouer des États touchés par une crise financière. Son mode de décision est celui d’une répartition des droits de vote en fonction du montant de la cotisation des États membres. Il faut 85 % des voix pour modifier la Charte du FMI (les USA possèdent donc une minorité de blocage, vu qu’ils possèdent plus de 16 % des voix). ) en contrepartie de l’octroi de nouveaux prêts ou de l’échelonnement d’anciens prêts. Ce type d’ajustement a pour finalité d’assurer que le pays pourra reprendre le service de sa dette extérieure (paiement des intérêts et remboursement des prêts). L’ajustement structurel repose habituellement sur le dosage (différent selon les pays) des éléments suivants : réduction des dépenses publiques, dévaluation Dévaluation Dans un régime de taux de change fixe ou d’arrimage, une dévaluation consiste en une décision des autorités monétaires de réduire la valeur de la monnaie nationale par rapport aux autres monnaies. de la monnaie nationale (afin de réduire les prix des produits exportés et d’augmenter ceux des produits importés), privatisation et/ou réduction des subventions publiques de fonctionnement à certaines entreprises ou à certains produits, blocage des salaires (pour éviter que la dévaluation ne provoque un enchaînement inflationniste).