Fonds André Ryckmans

Le Fonds André Ryckmans (FAR) a été créé en janvier 1962 et est agréée par la coopération belge depuis le début (OCD, DGCD DGCD
Direction générale de la coopération au développement
La Direction générale de la coopération au développement (DGCD) est une administration fédérale belge qui, comme son nom l’indique, s’occupe des différents aspects de la coopération belge au développement. La DGCD relève directement de la compétence du ministre de la Coopération au Développement.
Elle a pris le nom de DGD, Direction générale du Développement en 2010
, DGCI, etc.). Il a été subsidié également par le Wallonie-Bruxelles International Wallonie-Bruxelles International Wallonie-Bruxelles International (WBI) est une administration publique chargée des relations internationales Wallonie-Bruxelles. (...) (WBI) et a travaillé en collaboration avec plusieurs ONG belges et étrangères.

Le FAR développe ses activités en Afrique subsaharienne et en Amérique latine.

Il a à ce jour plus de 80 projets à son actif, dont une dizaine sont encore en cours.

Il accorde tous les deux ans un « prix du développement ».

Actuellement il travaille par convention avec Le Monde selon les Femmes. Il est membre d’ACODEV Acodev ACODEV est la fédération francophone et germanophone des associations de coopération au développement.
ACODEV réunit et représente les ONG francophones, bilingues et germanophones qui ont été agréées par le ministre de la Coopération au développement comme ONG de développement (ONGD) et qui ont fait une demande d’adhésion.
La fédération compte 87 membres : 84 ONG membres effectifs et 3 adhérents, soit 83 ONG qui ont reçu l’agrément comme ONGD par la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGD).
et du CNCD-11.11.11.

Critères

1. La coopération au développement existe pour les pays partenaires, c’est-à-dire pour l’amélioration du sort de leur population et en premier lieu des groupes défavorisés de cette population : les plus pauvres, et en particulier les femmes.

2. La solidarité internationale se base sur le respect du partenaire.

3. Seul un développement « durable » offre une véritable perspective. Un développement socio-économique doit offrir les outils de lutte durable contre la pauvreté.

4. Il faut accorder autant d’attention à la problématique de la pauvreté dans les villes et dans les campagnes.

5. Les pays en développement possèdent souvent aussi une richesse considérable : la diversité des cultures, des langues et des expressions artistiques. L’appui à la culture est une des clés du développement.

Orientation des projets

Le choix des projets se situe prioritairement dans le domaine de la formation : formation à la gestion, formation technique venant en appui des initiatives du partenaire. Plusieurs de ces projets concernent des jeunes.

Une attention particulière est apportée à l’économie sociale (petites entreprises), à la diversification agricole, et au développent d’activités productrices de revenus.

Une attention particulière est apportée aux projets portés par et pour les femmes.

Le développement de la culture est également un axe important de l’activité du FAR.