Après Paris : la fin des énergies fossiles ?

Résumé exécutif. Avec la conclusion à Paris du premier accord mondial pour la lutte contre le réchauffement climatique, le samedi 12 décembre 2015 est entré dans l’Histoire. Véritable succès diplomatique, cet accord est le symbole politique le plus marquant de la transition vers une économie bas carbone.

On a tout lu et tout entendu sur l’Accord de Paris : l’accord est ambitieux, mais il ne résoudra pas le problème du réchauffement, l’accord est contraignant mais il n’y a pas de mécanisme de sanction, la justice climatique est au cœur de l’accord mais les pays en développement auront besoin de beaucoup plus de financements et d’assistance pour faire face aux dérèglements climatiques.

L’objet de cette étude est de clarifier le contenu de l’Accord de Paris, avant d’élargir la réflexion aux changements de société que ce texte politique engage.

La première partie est consacrée au texte de l’Accord de Paris. Après un rappel des enjeux et des attentes par rapport à la lente prise de conscience et à l’évolution – encore plus lente – des négociations, la structure de l’accord est scrutée avant d’entrer dans le vif de l’analyse par trois questions qui permettront de cerner le contenu de l’accord et de se positionner : (1) quels sont les grands principes qui y sont inscrits ? (2) les engagements de l’Accord de Paris sont-ils suffisants pour « sauver le climat » ? et (3) peut-on se satisfaire de cet accord ?

La seconde partie est consacrée à cette nouvelle ère qui s’ouvre avec l’Accord de Paris. Une nouvelle phase de négociations internationales, d’une part, avec de grands défis pour assurer l’opérationnalisation de l’accord et la concrétisation de l’action climatique, l’occasion de faire le point sur les négociations de Marrakech, sur les défis du financement climat et des pertes et préjudices.

Une nouvelle ère dans la transition écologique et sociale, d’autre part, avec l’émergence de défis politiques, sociaux et économiques colossaux : (1) l’Accord de Paris entrera-t-il en vigueur et les engagements nationaux permettront-ils de réellement lutter contre le réchauffement ? (2) comment assurer un avenir digne à l’ensemble des populations exposées aux effets néfastes des changements climatiques ? et (3) comment affranchir notre société des énergies fossiles ?

Afin de conclure les défis de l’Après-Paris, nous synthétisons la réflexion par la question de l’avenir des énergies fossiles. Comment va en effet évoluer le dilemme de l’énergie et du développement, à l’heure où l’ensemble des pays de la planète se sont engagés à limiter la hausse de la température mais où, au même moment, un milliard de personnes vivent dans l’extrême pauvreté, sans accès à l’énergie, et ce sur une planète qui regorge d’énergie fossile sous toutes ses formes ?

Document

Après Paris : la fin des énergies fossiles ?
PDF - 4.8 Mo