Climat

COP22 : un soutien financier au Fonds pour l’Adaptation

Ce jeudi 17 novembre, à Marrakech, où se déroule la 22e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), la Région flamande se joint à la Wallonie pour soutenir financièrement le Fonds pour l’Adaptation. La Région bruxelloise pourrait elle aussi, dans les semaines à venir, confirmer son soutien au Fonds pour l’Adaptation.

Ce fonds international, créé ici à Marrakech en 2001 lors de la COP7, soutient les acteurs locaux des pays en développement dans leurs projets d’adaptation aux dérèglements climatiques. La Wallonie a promis un montant de 3,25 millions d’euros [1] et la Flandre 6,25 millions d’euros. Pour Bruxelles, il s’agirait de 2,5 millions d’euros [2].

Le Fonds pour l’Adaptation souffre de sous-financement structurel. Cette année, il recherchait 80 millions de dollars pour soutenir une liste de projets en attente de financement. Les moyens débloqués par les Régions belges constituent donc une réponse conséquente à cet appel à financement, dont nous nous félicitons.

Ces contributions font partie de l’engagement par la Belgique de débourser chaque année 50 millions d’euros pour la lutte contre les changements climatiques (atténuation et adaptation). Cet engagement belge est appelé à être revu à la hausse. Il s’inscrit en effet dans un engagement international d’atteindre la somme de 100 milliards de dollars annuellement pour appuyer les pays les plus vulnérables. Or cet engagement international a été estimé insuffisant en regard des besoins dans les pays en développement par la Banque mondiale comme par le PNUE.

L’avenir du Fonds pour l’Adaptation dans l’architecture de l’Accord de Paris est au cœur de la négociation politique ici à Marrakech. Les pays en développement souhaiteraient que le Fonds pour l’Adaptation soit officiellement reconnu comme un fonds autonome dans le cadre de l’Accord de Paris, ceci permettant de visibiliser l’adaptation. Ils font face à une opposition assez ferme des pays riches, tandis que l’Union européenne n’avait ce matin pas encore de position clairement définie sur la question.

Par ces contributions, les Régions montrent leur soutien au Fonds pour l’Adaptation à un moment crucial. La Wallonie était même littéralement la première à contribuer financièrement à l’appel à financement du Fonds [3]. Les besoins des pays les plus vulnérables pour l’adaptation sont énormes. Depuis des années, nous insistons sur la nécessité de soutenir les acteurs locaux avec des financements additionnels à l’aide publique au développement. Ces contributions sont donc importantes, pour les acteurs locaux comme pour la confiance entre les pays en développement et les pays industrialisés à Marrakech. Nous souhaitons que d’autres annonces comme celles-ci puissent être confirmées dans les plus brefs délais, de la part de la Région bruxelloise comme du fédéral, resté muet jusqu’ici.

[1La Wallonie a confirmé que la contribution est additionnelle à l’aide publique au développement.

[2La contribution sera confirmée en décembre 2016.