Climat / Burden Sharing : la montagne accouche d'une souris
©Yakana

Climat / Burden Sharing : la montagne accouche d'une souris

« Le financement climat est le seul des quatre points en négociation qui était véritablement prioritaire pour la COP21. L’objectif est manqué.  »

Ce vendredi 4 décembre, les quatre ministres belges en charge du climat sont parvenus à un accord de burden sharing, le partage intrabelge des objectifs climatiques de la période 2013-2020.

L’enjeu ? Définir les objectifs à atteindre par chacun de réductions d’émissions de gaz à effet de serre et de production de renouvelables, mais aussi répartir 326 millions d’euros de revenus des quotas de CO2 (ETS) et préciser la contribution au financement climat international.

« Le burden sharing, c’est l’histoire de la montagne qui accouche d’une souris. Les négociations ont été longues et ponctuées de soubresauts, une véritable Commedia dell’arte pour une négociation qui ne cherchait même pas à relever les ambitions belges d’ici 2020, et encore moins à définir une vision à long terme », explique Véronique Rigot, du CNCD-11.11.11.

Le but de cet accord était de répartir entre les régions et le fédéral un objectif déjà existant, fixé par l’Union européenne fin 2008. Nous reconnaissons l’important travail de fond réalisé pour arriver à cet accord. « Maintenant que cet accord est enfin signé, place à une politique climatique concertée, dont le premier geste concret sera d’établir le Plan national climat », commente Véronique Rigot. »Le financement climat est le seul des quatre points en négociation qui était véritablement prioritaire pour la COP21. L’objectif est manqué. Nous demandons au minimum à nos ministres de sauver l’honneur en confirmant que ces contributions seront réellement nouvelles et additionnelles à l’aide publique au développement, et qu’elles augmenteront d’année en année." (lire l’analyse ci-dessous).

Pour y parvenir, il est aisé d’imiter l’Allemagne et de décider d’allouer au financement climat international une part des revenus ETS qui vont être distribués ou de soutenir la France dans la mise en œuvre d’une taxe ambitieuse sur les transactions financières (qui sera justement discutée lors du Conseil ECOFIN de ce mardi 8 décembre).

« L’actualité récente nous a montré que quand on veut trouver de l’argent, on en trouve », conclut Véronique Rigot.

Ces négociations pour la conclusion du burden sharing avaient débuté en 2013 et repris le 18 mai dernier, sous l’impulsion de la Région bruxelloise qui présidait cette année la Commission nationale Climat (voir la note explicative en annexe).

En pièce jointe : Note explicative du contexte de la négociation

Analyse financement climat

Par rapport au financement climat annoncé (50 millions par an d’ici 2020), deux éléments d’analyse :

  • Le financement climat annoncé ne correspond pas aux engagements internationaux pris par la Belgique dans l’enceinte des Nations Unies pour le financement climat : notre contribution de 50 millions d’euros est le seuil minimum, que tous les pays se sont engagés (en 2012, à Doha) à augmenter progressivement pour contribuer équitablement à l’effort international de 100 milliards de dollars annuels d’ici 2020. La Belgique aurait dû viser un montant de 500 millions d’euros en 2020, il faudra donc qu’elle revoie son objectif.
  • Le financement climat annoncé ne répond pas à la demande des pays vulnérables d’avoir de la prévisibilité pour la période après 2020, alors que les débats tournent autour de cette question, maintenant, dans l’enceinte de la COP21. Que diront nos Ministres à leurs homologues africains la semaine prochaine à Paris ?

La Plateforme Justice Climatique, coordonnée par le CNCD-11.11.11, a mené de nombreuses actions de pressions pour l’atteinte de cet accord, y compris ce dernier courrier envoyé au Premier Ministre Charles Michel concernant sa participation à l’ouverture de la COP21 en l’absence d’accord.

La Plateforme Justice Climatique est une plateforme de la société civile belge coordonnée par le CNCD-11.11.11 et son homologue flamand 11.11.11 et formée de
ADG, APERe, Associations21, Bond Beter Leefmilieu (BBL), Broederlijk Delen, Beweging.net, Conseil de la Jeunesse francophone, ACV-CSC, CGSLB-ACLVB, Climate Express, Ecokerk, Entraide et Fraternité, ABVV-FGTB, FSTM, Médecine pour le Tiers Monde, Greenpeace, Inter-environnement Wallonie (IEW), Climat et Justice sociale, Climaxi, Natuurpunt, Oxfam-Solidarité, Oxfam Magasins du monde, OxfamWereldwinkels, Protos, SLCD, SOS FAIM, Vlaamse Jeugdraad, Vredeseilanden et WWF.

Documents

Analyse de l’accord intra-belge
DOCX - 365.6 ko
Contexte de la négociaton
DOCX - 14.8 ko