UE/Israël : le fossé qui sépare les déclarations de l’UE et sa politique concrète frise la schizophrénie

Communiqué de presse, Bruxelles, 19 juillet 2012 - Atermoiements de l’UE en matière de droit international dans ses relations avec Israël.


Mise en ligne le 19 juillet 2012
S'informer

Le Conseil d’association entre l’Union européenne (UE) et Israël, l’une des plus importantes réunions entre les deux parties, se tiendra le 24 juillet prochain. Si l’UE assure qu’il n’y aura pas de « rehaussement » des relations bilatérales, le renforcement de cette coopération est bel et bien à l’ordre du jour. « La société civile belge déplore fortement l’attitude ambiguë de notre gouvernement et des États membres de l’UE. Nous attendons d’eux qu’ils réaffirment clairement que le respect du droit international n’est pas une expression vide de sens  », insiste Rabab Khairy, chargée du dossier Moyen-Orient pour le CNCD-11.11.11.

En 2009, suite à l’opération militaire israélienne « Plomb durci » dans la bande de Gaza, l’UE avait gelé le « rehaussement » de ses relations politiques avec Israël. Pourtant, en pratique, les relations techniques, économiques et militaires n’ont cessé d’être renforcées et Israël a pu participer à presque toutes les agences et tous les programmes européens. Et depuis ce temps, Israël a poursuivi sa politique d’expansion en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, tandis que le blocus imposé à la bande de Gaza est toujours en vigueur. Récemment, les autorités israéliennes ont également lancé une campagne s’en prenant aux défenseurs des droits de l’homme.

« Les diplomates européens ont dénoncé dans un rapport le fait qu’Israël met en péril la solution de deux Etats, et ont formulé des recommandations afin que l’UE se dissocie de cette politique. Ces recommandations incluent des mesures pour empêcher que les produits issus des colonies bénéficient de tarifs préférentiels, imposer un étiquetage scrupuleux de ces produits ou encore mettre en place des lignes de conduite destinées aux agences de voyage afin que leurs activités ne participent pas à l’essor des colonies. Si l’UE ne soumet pas ses relations avec Israël au respect du droit international, alors toutes ces belles déclarations ne servent à rien  », ajoute Brigitte Herremans, collaboratrice Moyen-Orient pour Broederlijk Delen-Pax Christie.

Jusqu’ici l’UE a refusé de conditionner ainsi ses relations avec Israël, alors qu’elle le fit avec les Palestiniens. Ceci remet en cause sa crédibilité et démontre le peu de cas qui est fait du respect des droits de l’homme et du droit international humanitaire dans sa nouvelle politique de voisinage. Pourtant, les relations bilatérales pourraient représenter un levier réel pour influer sur les politiques et pratiques de l’Etat israélien. «  Le fossé qui sépare les déclarations de l’UE et sa politique concrète frise la schizophrénie. D’une part, l’UE critique Israël, mais de l’autre, elle ne cesse de consolider ses relations avec ce pays  », relève Liesbeth Goossens, responsable du plaidoyer humanitaire pour Oxfam-Solidarité. « Pour Israël, le signal est clair : dans ses relations avec l’UE, c’est ’business as usual’  » poursuit-elle.

L’Union européenne a adopté des positions très claires ces dernières années : un Etat palestinien doit être créé dans les frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale. « L’UE déplore le fait que la solution des deux Etats soit presque totalement enterrée. Pourtant, elle refuse de lier cette exigence à ses relations bilatérales avec Israël. En tant qu’organisations issues de la société civile, nous nous opposons à cette posture ambiguë. Si l’UE veut continuer à jouer un rôle d’importance, elle doit geler ses relations avec Israël tant que ce pays ne respectera pas le droit international », conclut Koen Vanbrabandt, coordinateur projets Palestine pour la Centrale Générale – FGTB.

Signataires

11.11.11 - Koepel van de Vlaamse Noord-Zuidbeweging
ABP - Association belgo-palestinienne
ACW
Broederlijk Delen
CNCD-11.11.11
FGTB Centrale générale
FOS
Oxfam-Solidarité
Palestina Solidariteit
Pax Christi Vlaanderen
Solidarité Socialiste
Vrede

Contact

Rabab Khairy, chargée du dossier Moyen-Orient et Afrique du Nord au CNCD-11.11.11 ; rabab.khairy_at_cncd.be ; 0473/356.562

Brigitte Herremans, chargée du Moyen-Orient chze Broederlijk Delen-Pax Christi Vlaanderen ;brigitte.herremans broederlijkdelen.be ; 0475/355.053