Laos : lutter contre l’insécurité alimentaire

Laos : lutter contre l'insécurité alimentaire
© Tineke D'haese (Oxfam-Solidarité)

Le gouvernement veut des grandes plantations, des exploitations de type capitaliste. De notre côté, nous formons les paysans dans les petits métiers, et les accompagnons dans la réalisation de leurs projets qui leur permettent d’élever leur niveau de vie »
Sisalio Svengsuka, président de l’ASDSP (Association de soutien au développement des Sociétés paysannes)

Le Laos, un pays à part

Le Laos est un des pays les plus pauvres du sud-est asiatique, avec plus d’un tiers de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté. L’agriculture est le premier secteur économique du pays et la principale source de revenus pour la plupart des habitants, qui vivent majoritairement d’une agriculture de subsistance. De par son contexte politique et la particularité des produits cultivés traditionnellement, le pays est toujours resté à l’écart des grands marchés internationaux. Mais, depuis quelques années, le gouvernement laotien mène une politique de libéralisation des échanges et privilégie un modèle de développement basé sur l’exportation, favorisant les monocultures extensives et de rente comme la culture du riz. Cette transition vers des nouveaux modes de culture représente à la fois une opportunité pour améliorer les conditions de vie des communautés agricoles mais aussi une menace pour leur indépendance, leur mode de vie traditionnel et la biodiversité du pays puisque de fortes pressions sont exercées sur les ressources naturelles et sur l’attribution des terres cultivables.

Faire naître et renforcer des organisations de producteurs

Afin d’accompagner les paysans face à ces nouveaux défis, l’Opération 11.11.11 soutient pour la troisième année consécutive le programme d’Oxfam-Solidarité sur place qui vise à garantir l’accès et l’utilisation des ressources naturelles aux petits paysans. Pour cela, Oxfam-Solidarité encourage et renforce le développement d’organisations de producteurs actifs dans l’agriculture durable et biologique. Les trois axes de travail principaux sont la formation à de nouvelles techniques de production, le financement via des mécanismes de micro-crédits et l’accompagnement des producteurs dans l’accès au marché et au commerce équitable.

Diversifier les cultures pour augmenter la qualité de vie

Diverses activités économiques alternatives et rentables ont ainsi vu le jour dans plusieurs villages, comme la transformation du manioc en chips, la commercialisation de miel ou encore la culture du thé, qui ont permis aux communautés rurales laotiennes de diversifier leurs cultures et donc leurs sources de revenus.

De cette façon, les petits producteurs laotiens voient leurs moyens d’action renforcés et sont donc moins vulnérables à l’insécurité alimentaire, malgré la pression sur les terres et les ressources naturelles. Cette adaptation aux nouvelles conditions de travail et au marché ne se ferait pas sans l’aide des nombreux donateurs qui soutiennent le développement de pratiques d’agriculture raisonnée.

Nom
Laos : justice économique pour les petits producteurs et productrices agricoles
Pays, région-s Laos
Tags Souveraineté alimentaire, Climat, Ressources naturelles, Alimentation/Faim, Agriculture, élevage
Organisation membre Oxfam-Solidarité
Partenaire-s
Association pour le Développement des Sociétés Paysannes (ASDSP) et Phonesoung Agricultural Development Project (PSADP)
Année 2014 - 2016
Financement par l'Opération 11.11.11
2014 : 9.078 € - 2015 : 11.462 € - 2016 : 9.686€
Financement par WBI
2014 : 10.818 € - 2015 : 12.336 € - 2016 : 11.099€
Programme Programme ’Partenaires’
Code
13001