Référentiel

Il n’y a pas une bonne définition de l’éducation au développement, un dogme absolu. Dans la pratique, du côté francophone, les ONG utilisent majoritairement un référentiel sur l’Éducation au développement, référentiel construit élaboré par le Groupe sectoriel Éducation au développement (GSED) d’ACODEV  , de manière concertée, et qui est devenu la référence du secteur.

1. Finalité de l’éducation au développement

Face à l’inégale répartition des richesses dans le monde, en particulier entre le Nord et le Sud, l’Education au Développement est un processus qui vise à provoquer des changements de valeurs et d’attitudes sur les plans individuel et collectif en vue d’un monde plus juste, dans lequel ressources et pouvoir sont équitablement répartis dans le respect de la dignité humaine.

2. Objectifs généraux

L’Education au Développement est une démarche éducative qui se donne pour missions de :

  • faciliter une compréhension globale des enjeux du développement et des mécanismes d’exploitation injustes qui engendrent des relations inégalitaires entre le Nord et le Sud
  • faciliter la compréhension des interdépendances entre les sociétés du Nord et du Sud
  • accompagner l’acquisition d’un regard conscient et critique de la réalité, tant au niveau de relations micro-sociales qu’au niveau macro
  • favoriser un meilleur dialogue entre les citoyens à travers une approche interculturelle basée sur le respect mutuel et l’égalité
  • promouvoir des valeurs, attitudes, et aptitudes liées à la solidarité
  • susciter et renforcer la capacité des citoyens à se mobiliser dans des actions collectives de solidarité de type social, politique ou de sensibilisation, en vue de jeter les bases d’un monde plus juste et plus équitable.

3. Stratégie éducative

L’Education au Développement est un processus éducatif global dont la dimension Nord/Sud est un élément constitutif déterminant. Elle se réalise tant au Sud qu’au Nord, en s’appuyant sur une collaboration entre les acteurs du Sud et du Nord. Elle se veut une éducation dynamique, ouverte à la participation active, créative, pluraliste, orientée vers l’action et le changement social.

C’est un processus de sensibilisation sociale et de formation des citoyens capable de :

  • déconstruire les stéréotypes Nord-Sud
  • défendre les droits humains
  • impulser un développement humain et durable
  • stimuler la solidarité et la participation sociale
  • combattre la xénophobie et le racisme
  • lutter contre la violence et la guerre
  • promouvoir l’approche genre (égalité homme-femme).

C’est un acte pédagogique qui implique la construction de situations d’apprentissage permettant à des publics diversifiés de comprendre, de dialoguer et d’agir. Il favorise :

  • des démarches participatives, actives et interactives
  • des approches facilitant l’analyse de la complexité du développement
  • l’émergence des représentations mentales des publics visés (avec un travail spécifique sur les images et préjugés face à l’autre différent)
  • une pédagogie adaptée à la diversité des publics
  • des méthodes d’évaluation formatives et participatives
  • des apprentissages en termes de savoir, de savoir faire et de savoir être.

La concrétisation de ces principes pédagogiques se réalise à travers une multitude d’actions qui peuvent se regrouper autour de cinq grands pôles :

  • des actions de sensibilisation
  • des actions de conscientisation
  • des actions de lobby   ou plaidoyer
  • des actions de mobilisation
  • des actions de recherche-action.

C’est un acte politique qui constitue une composante essentielle de l’éducation à la citoyenneté. Il se décline, notamment, en favorisant un travail de synergies.

Document joint