Crevettes
Crevettes

En juin 2014, une enquête du Guardian révélait que les principaux supermarchés européens et américains vendaient des crevettes thaïlandaises nourries avec du poisson pêché par des esclaves cambodgiens et birmans.

Comment les poissons pêchés par des esclaves arrivent-ils dans nos assiettes ? Par le biais des chaînes de production complexes qui caractérisent la mondialisation. Au cœur du scandale, on trouve la firme CP Foods, géant thaïlandais de l’agroalimentaire qui se présente comme la « cuisine du monde » : cette entreprise - le plus gros éleveur mondial de crevettes - se fournit auprès de l’industrie esclavagiste en nourriture pour poissons qu’elle utilise dans son aquaculture de crevettes, qui sont ensuite commercialisées dans les supermarchés via les quatre plus grandes chaînes de distribution du monde (Walmart, Carrefour, Costco et Tesco).

En Belgique, les crevettes issues de l’esclavage ont ainsi été vendues dans des centaines de supermarchés de Carrefour, Colruyt, Match ou Cora. Le scandale, qui a incité les grandes chaînes de distribution à renoncer à l’achat de crevettes fournies par CP Foods, qui a elle-même annoncé un audit de ses fournisseurs, révèle un système opaque où la course aux prix les plus bas justifie toutes les dérives – du moins tant qu’elles s’opèrent à l’insu des consommateurs.

La chaîne ALDI a affirmé qu’il n’y a pas de crevettes CP Foods vendues dans ses magasins en Belgique mais le groupe en vend dans d’autres pays européens. Quant à Carrefour, Colruyt et Cora, ils ont annoncé l’arrêt de l’achat de produits à base de crevettes fournis par le géant thaïlandais.

En savoir plus

Globalised slavery : how big supermarkets are selling prawns in supply chain fed by slave labour,The Gardian, juin 2014.

L’arrière-goût d’esclavage de la crevette thaïlandaise, Le Monde, juin 2014.

Les leçons des crevettes thaïlandaises, Arnaud Zacharie, Imagine demain le monde, septembre 2014.