ananas
ananas

En 2013, une enquête de terrain de l’ONG Finnwatch a démontré que les usines de Natural Fruit, une firme thaïlandaise qui exporte du concentré d’ananas vers l’UE, emploient des enfants et des travailleurs migrants clandestins. Lorsqu’un audit social est annoncé, ilss sont cachés pour que les inspecteurs ne les voient pas.
Les travailleurs se sont également plaints de violences et de discriminations.

2,2 millions de travailleurs provenant du Cambodge, du Laos et de Birmanie travaillent officiellement dans les filières tournées vers l’exportation de la production de fruits en Thaïlande, mais de nombreux autres restent dans la clandestinité et sont exposés aux abus d’intermédiaires et d’employeurs.

Après la publication du rapport de Finnwatch, plusieurs distributeurs européens ont interrompu leurs relations commerciales avec Natural Fruit. En février 2013, la firme a entamé une procédure judiciaire à l’encontre de l’auteur du rapport, Andy Hall, pour diffamation. Celui-ci a été arrêté et son passeport confisqué par les autorités thaïlandaises. Des associations de producteurs alimentaires locaux ont payé sa caution pour le sortir de sa détention préventive et ont déclaré soutenir l’amélioration des conditions de travail des travailleurs migrants en Thaïlande.

Un second rapport, publié en janvier 2014, démontrent que les employeurs visés n’ont en rien changé leurs pratiques, confisquant les permis de travail de leurs employés, les empêchant de changer d’employeur, n’offrant que des salaires inférieurs au minimum légal, demandant des heures supplémentaires excessives, mettant une pression contre les tentatives d’organisation des travailleurs et imposant des conditions de travail dangereuses.

En savoir plus

FINNWATCH : www.finnwatch.org/en/