×

Soutien aux travailleurs de l'habillement

Les records, c'est pour les coureurs, pas pour les travailleurs.

Des millions de travailleuses et de travailleurs coupent, cousent ou emballent nos vêtements et chaussures de sport. Principalement basé en Asie, ces femmes et ces hommes (et parfois leurs enfant), battent des records. Ils doivent prester des heures supplémentaires de manière excessives pour gagner à peine de quoi survivre. Leurs droits sont régulièrement bafoués.

Pour autant, la situation de ces travailleurs n’est pas une fatalité. Ils sont des milliers en Asie à se mobiliser pour défendre leurs droits. A travers des campagnes politiques et un soutien financier à plusieurs ONG ou syndicats, le CNCD-11.11.11 se mobilise pour les soutenir, en partenariat avec son organisation membre achACT.

Manifestation de travailleuses au ,Cambodge 2014  (Crédit : © Heather Stilwell)

Ces campagnes portent leurs fruits. En 2011, suite à plusieurs années de la campagne JO Propres, un protocole sur l’exercice de la liberté d’association a été signé entre 5 syndicats indonésiens, 6 marques de sport (Adidas, Asics, Nike, Puma, Pentland et New Balance) et 69 de leurs fournisseurs indonésiens. Ce protocole a permis une amélioration concrète des conditions de travail dans les usines : mise à disposition d’un local syndical, accès à l’information pour les travailleurs, …

Mais la situation reste grave : alors qu’Adidas et Nike réalisent des bénéfices important, les travailleurs qui fabriquent leurs vêtements continuent à recevoir des salaires de misère. À titre d’exemple, les travailleuses qui ont fabriqué le maillot Adidas de l’équipe nationale allemande pour l’Euro 2016 n’ont pas touché plus de 60 centimes d’euro par maillot … vendu 85 euros pièce. En Indonésie, au Cambodge ou en Ukraine, les travailleuses qui fabriquent des chaussures et vêtements de sport pour Nike et Adidas gagnent moins de la moitié de ce dont elles ont besoin pour vivre décemment. Dans certains pays, les travailleuses ne gagnent à peine que 20% du minimum vital.

A quelques mois d’une Coupe du monde de football, nous mettrons la pression sur six grandes marques de sport, afin d’obtenir de nouvelles avancées. Une campagne internationale se prépare pour pousser les marques de sport à négocier un accord contraignant avec les organisations syndicales indonésiennes sur les salaires et la sécurité d’emploi (obtenir un salaire vital et supprimer les contrats précaires).

La campagne sera lancée début mai. Vous pourrez la soutenir en interpellant directement les marques et en participant aux actions. Pour en savoir plus, inscrivez-vous à la newsletter d’achACT : www.achact.be

Inscrivez-vous à notre Newsletter