×

3 idées reçues, ou rumeurs sur les APE

21 août 2014

Les organisations paysannes de l’Afrique de l’Ouest se positionnent sur la signature de l’APE avec l’UE.

Suite à la signature par la CEDEAO et l’UE de l’Accord de partenariat économique (APE) le 10 juillet dernier, le Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA -www.roppa.info) se positionne ici sur un accord qu’il juge ni bénéfique pour l’Afrique de l’Ouest à court, moyen et long terme, ni bénéfique pour l’Europe à long terme.

Le ROPPA déconstruit 3 idées reçues, ou rumeurs, sur les APE soit : les APE sont favorables à la croissance, les APE sont favorables aux investissements et les APE sont porteurs de développement. Il démontre au contraire que l’APE sera synonyme d’affaiblissement des agriculteurs qui devront faire face à l’arrivée massive de produits agricoles subventionnés en provenance de l’UE. L’APE sera ensuite moins favorable aux investissements qu’il n’y parait puisqu’il favorisera les investissements européens, au détriment d’autres investissements venus d’ailleurs. Enfin, en favorisant l’importation de produits européens sur le marché de la CEDEAO, les APE déforcent la production et la consommation locales, laissant la région dans un simple rôle de fournisseur de matières premières pour l’UE.

Pour le ROPPA, si les États d’Afrique de l’Ouest ont suivi un tel accord, c’est parce qu’ils ne parviennent pas à gérer l’insécurité grandissante dans la région, due en grande partie aux crises post-électorales. Mais privilégier ces intérêts de sécurité à court terme, revient pour le ROPPA à brader le développement économique régional à moyen et long terme. Il souligne également que l’UE risque quant à elle de pâtir d’une intensification de l’immigration due la dégradation des conditions de vie pour les populations les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest, en particulier pour les paysans.

Face à ce constat, le ROPPA s’engage à :

  • organiser avec les paysans, les élus ruraux, les acteurs de la société civile, les médias, les populations d’Afrique de l’Ouest une campagne régionale d’informations pour dénoncer les violations des engagements de l’acte constitutif de la CEDEAO et de l’ECOWAP (politique agricole de la CEDEAO) ;
  • mobiliser tout son réseau, ses partenaires et les populations d’Afrique de l’Ouest à proposer avec les autres organisations de la société civile une alternative aux APE à travers la construction ambitieuse du marché régional, la réalisation du Programme Communautaire de Développement porté par la mutualisation de nos économies complémentaires, seul garant de la création d’une prospérité régionale supérieure aux APE.

Les droits humains d’abord !



Disciplinons les multinationales, refusons une justice qui les privilégie.
]

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter