×

Journées d’action européennes syndicales

50 000 manifestants à Bruxelles, la Coalition pour le Travail décent ¡ PRESENTE !

Le 15 mai 2009, 50 000 personnes sont descendues dans les rues de Bruxelles à l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) pour demander à l’Europe et à ses états membres une action ambitieuse en faveur de l’emploi dans le contexte de crise que nous connaissons. La coalition belge pour le travail décent coordonnée par le CNCD-11.11.11, était présente.

A Madrid, à Prague, à Berlin et à Bruxelles, quelque 350 000 personnes ont battu le pavé entre le 14 mai et le 16 mai. Les manifestants répondaient à l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) pour exiger des mesures en faveur de l’emploi et contre le chômage, à un moment où la crise économique fait des ravages.

Dans un communiqué de la CES [1], John Monks, secrétaire général de la CES a déclaré : « L’ampleur de ces Euro-manifestations révèle l’inquiétude croissante des travailleurs face à l’avenir. Le monde du capitalisme financier imagine qu’après quelques timides signes de relance on en reviendra tôt ou tard aux bonnes vieilles habitudes, alors même que ce système vient de subir une crise cardiaque. Ce monde semble oublier également qu’il reste sous l’assistance respiratoire des contribuables européens, qui jamais plus ne permettront que la cupidité et l’égoïsme ne puissent provoquer des dommages qui se chiffrent à plusieurs trillions d’euros. Nous avons rapidement besoin d’une réglementation plus forte des marchés financiers et d’un renforcement de l’influence des travailleurs dans les conseils d’administration. Les travailleurs veulent aussi des programmes pour soutenir l’industrie et les emplois, ainsi que des mesures ambitieuses pour lutter contre un chômage croissant. Tel est le message que la rue a lancé cette semaine dans toute l’Europe. »

A Bruxelles, la manifestation a rassemblé quelque 50 000 personnes, mobilisées essentiellement par les trois syndicats nationaux : la FGTB, la CSC et la CGSLB.
Des représentants de la Coalition pour le travail décent ont participé à cette marche entre la gare du Nord et la gare du Midi. Ils entendaient marquer leur soutien à cette action et réaffirmer l’importance
de garantir un travail décent à l’heure où gouvernements et institutions internationales essaient de relancer la « machine » économique.


Le « travail décent » est un concept forgé par l’Organisation internationale du travail (OIT) autour de quatre piliers : garantir des moyens suffisants pour satisfaire les besoins humains essentiels ; respecter la liberté de s’organiser ; bénéficier du droit à la protection sociale ; construire le dialogue social.
Ce concept, promu depuis janvier 2007 par une campagne mondiale, est relayé en Belgique par une coalition d’ONG, d’associations et de syndicats coordonnée par les deux coupoles le CNCD-11.11.11 du côté francophone et 11.11.11 KVNZB du côté néerlandophone.

La coalition belge pour le travail décent défend un cahier de revendications en quatre axes : 1°/ Mondialiser un revenu décent pour une vie décente ; 2°/ Prioriser le travail décent dans les politiques de développement ; 3°/ Garantir une mondialisation des droits sociaux ; 4°/Réguler les acteurs privés.

Lire aussi

« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
Au Pérou, contre l'esclavage domestique

Au Pérou, contre l’esclavage domestique

Au Pérou, comme dans les autres pays d’Amérique latine, des milliers de jeunes femmes pauvres ne trouvent pas d’autre travail que celui de domestique dans des familles fortunées. Cette situation les rend très vulnérables et favorise les abus de la (...)


Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin
Un nouveau label pour « les investissements durables et socialement responsables »

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin

Febelfin propose un label pour « les investissements durables et socialement responsables » qui tolère les énergies fossiles « conventionnelles » et qui permet des seuils de 10% pour l’industrie du tabac, 10% pour le commerce des armes « normales » et (...)


  • Antonio Gambini

    8 février 2019
  • Lire
Qui ? Alexandre Seron
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30
Email cncd@cncd.be

Inscrivez-vous à notre Newsletter