×

Démographie

9,7 milliards de terriens en 2050

Jean-François Pollet Jean-François Pollet
19 novembre 2017

Imagine demain le monde - L’Inde et surtout l’Afrique subsaharienne vont connaître une démographie dynamique durant la première moitié du siècle. Avec quelles conséquences ?

En 2050, la population mondiale devrait s’élever à 9,77 milliards d’individus selon la dernière estimation de l’ONU publiée cet été. Ce sont donc 2,2 milliards de Terriens supplémentaires qui sont attendus essentiellement en Afrique subsaharienne et en Asie. En 2100, la planète atteindra ensuite un pic de 11,2 milliards d’habitants avant de voir sa population se stabiliser. « La population mondiale augmente, mais la vitesse de croissance diminue, souligne néanmoins Bruno Masquelier, démographe à l’UCL. C’est le signe que la transition démographique, soit le passage d’un régime traditionnel de fécondité et de mortalité élevées à un régime de natalité et de mortalité faibles, est déjà en cours partout dans le monde. Depuis 2003, la majorité de la population mondiale vit dans un pays où le taux de fécondité est de 2,1 enfants par femme, ce qui constitue le seuil de renouvellement de la population. »

Préparer le vieillissement

Nourrir 2,2, puis 3,7 milliards de Terriens supplémentaires ne devrait pas poser de gros problèmes, selon lui. « La croissance des rendements agricoles est depuis longtemps plus forte que la croissance de la population. Le vrai défi d’une alimentation universelle sera d’assurer un juste partage de la nourriture disponible entre tous. »

Les évolutions futures vont par contre modifier le poids démographique de certains pays. Ainsi, en 2050, l’Inde sera le pays le plus peuplé avec une population estimée à 1,7 milliard, suivie de la Chine avec 1,4 milliard d’habitants. Le Nigéria prendra la troisième place avec 410 millions d’habitants (contre 190 millions aujourd’hui). L’autre tendance marquante sera l’augmentation du nombre de personnes âgées. « Partout, la population va vieillir, reprend le démographe, tout simplement parce que lorsque l’on fait moins d’enfants, la proportion de personnes âgées augmente mécaniquement. Aujourd’hui, la moitié de la population mondiale a plus de 30 ans, en 2050 l’âge médian devrait grimper à 36 ans. » Pour le dire autrement, en 2017 près d’un milliard de personnes ont plus de 60 ans, soit près de 13 % de l’humanité. En 2030, elles seront 1,4 milliard, puis 3,1 milliards en 2100, soit 28 % de l’humanité, ce qui posera le défi de la prise en charge des aînés, surtout dans les pays du Sud qui ne s’y sont pas préparés.

L’Afrique subsaharienne sera la dernière région à encore connaître une importante croissance démographique, au point qu’en 2100, un Terrien sur trois sera africain. Cette ultime poussée démographique, avant la stabilisation dé nitive pour la n du siècle, pourrait favoriser le décollage économique du continent. « Durant la transition démographique, conclut Bruno Masquelier, les pays passent par une phase durant laquelle la population est jeune, en âge de travailler, alors qu’il n’y a pas encore beaucoup de personnes âgées. C’est une situation économiquement très favorable qui permet aux bénéficiaires de toucher ce que l’on appelle un ’dividende démographique’. C’est durant une telle période que Hong-Kong, Singapour et Taiwan ont connu leur développement économique. Il est probable que le tour de l’Afrique viendra très prochainement, à condition que les pays parviennent à donner un accès à l’emploi aux femmes et aux jeunes, à généraliser l’éducation et à améliorer leurs services de santé. » Certains pays semblent déjà en train de toucher ce fameux dividende démographique. La Banque mondiale estime que des pays dont le tissu économique s’est diversifié, tels que la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Kenya, le Mali, le Rwanda, le Sénégal et la Tanzanie affichent aujourd’hui des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 %.
Pour les années à venir, la Banque se montre optimiste pour l’ensemble du continent, qui devrait connaître une croissance économique de 3,2 % en 2018 et 3,5 % en 2019.

Lire aussi

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire
Au temple de Tirupati en Inde, certains pèlerins viennent d'offrir leurs cheveux à Venkateshwara, incarnation de Vichnou, en remerciement pour un vœu exaucé.

Des cheveux vendus au kilo

Très en vogue, notamment via le web, le commerce des cheveux humains n’a jamais été aussi florissant. venus des temples indiens ou des campagnes pauvres du sud, les cheveux sont traités en Chine avant de débouler dans les salons de coiffure d’Afrique (...)


  • Jean-François Pollet

    28 août 2018
  • Lire
Les pénuries d'eau ont déjà fait fuir une partie des touristes qui visitent la ville du Cap. Avec 1,4 million de nuitées en 2016, le tourisme est une activité importante de la ville.

Le Cap bientôt sans eau

Dans les prochains mois, la ville de Cape Town, en Afrique du sud, va devoir affronter une rupture totale d’approvisionnement en eau. En cause : la sécheresse, mais aussi un manque d’infrastructures et d’anticipation des autorités. En attendant ce « (...)


  • Jean-François Pollet

    23 juillet 2018
  • Lire
Qui ? Jean-François Pollet
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 38

Inscrivez-vous à notre Newsletter