×

Aide belge au développement : un bilan mitigé, un avenir incertain

18 septembre 2014

Communiqué de presse - A l’occasion de la sortie de son rapport annuel sur l’aide belge au développement, le CNCD-11.11.11 (Centre national de coopération au développement), coupole de plus de 80 ONG et associations, dresse un bilan mitigé de la politique belge de coopération au développement et s’inquiète des mesures envisagées par la future coalition kamikaze-suédoise.

Une baisse continue de l’aide belge

L’aide belge a continué de baisser de 6,1% entre 2012 et 2013, suite à des coupes successives d’un montant total de 280 millions EUR. L’aide belge ne représente plus que 0,45% du RNB, loin de l’objectif international de 0,7%. Depuis 2010, l’aide belge au développement a baissé de près d’un quart suite à des coupes cumulées de 687 millions EUR !

Des progrès en matière d’efficacité et de cohérence

Plusieurs initiatives ont été prises pour améliorer l’efficacité et la cohérence des politiques de développement, comme l’adoption d’une nouvelle loi sur la coopération au développement, la réforme de l’agence BIO pour l’aide au secteur privé dans les pays en développement, ainsi que la création d’un dispositif institutionnel ambitieux pour renforcer la cohérence des politiques belges pour le développement.

Des incertitudes pour l’avenir

Le CNCD-11.11.11 s’inquiète des mesures envisagées par le gouvernement en cours de formation en matière de coopération au développement. Selon Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11 : « En matière de quantité de l’aide, les chiffres qui circulent évoquent de nouvelles coupes budgétaires allant de 500 millions à 1 milliard d’euros au cours de la législature, ce qui réduirait l’aide belge à peau de chagrin. En matière d’efficacité, le ministre des Affaires étrangères a annoncé vouloir aligner l’aide sur les intérêts des entreprises belges, ce qui entre en totale contradiction avec les critères internationaux d’efficacité auxquels la Belgique a adhéré, dont l’alignement sur les stratégies de développement des pays partenaires. En matière de coopération non-gouvernementale, certains partis souhaitent concentrer les ONG dans les 15 pays de la coopération non-gouvernementale, contre une cinquantaine actuellement, ce qui porterait gravement atteinte aux spécificités et à l’autonomie des ONG.  »

Des recommandations au futur gouvernement

Dans ce contexte, le CNCD-11.11.11 a envoyé ses recommandations aux formateurs du prochain gouvernement, dont le respect de l’engagement de mobiliser 0,7% du RNB à l’aide au développement, le respect des critères d’efficacité de l’aide comme l’alignement sur les stratégies des pays partenaires, la mise en œuvre effective des mécanismes institutionnels adoptés en matière de cohérence des politiques, ou encore le respect de l’autonomie des ONG par rapport aux politiques gouvernementales de coopération au développement.

Téléchargez ci-dessous le Rapport 2014 sur l’aide publique belge au développement : « Modernisation ou instrumentalisation de l’aide ? »

Contact presse

Arnaud Zacharie
Secrétaire général du CNCD-11.11.11
arnaud.zacharie cncd.be
+32 (0) 2 250 12 41

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter