×

Campagne « Made in Illegality » : le droit international en renfort

Rabab Khairy Rabab Khairy
3 mars 2014

Le devoir de la Belgique et des autres Etats membres de l’UE de rompre tout lien économique avec les colonies israéliennes se fonde sur des obligations en droit international. Dans un rapport sur la question (à télécharger ci-dessous), François Dubuisson, professeur de droit international à l’ULB, fait ressortir de façon claire et indubitable trois obligations :

1. Faire respecter le droit international humanitaire. En l’occurrence, il s’agit pour l’UE et ses Etats membres de prendre les mesures nécessaires pour faire respecter par Israël l’interdiction de la colonisation.

2. Ne pas reconnaître comme licite une situation illégale. Cette obligation coutumière de droit international vise à interdire aussi tout acte qui impliquerait une telle reconnaissance, comme une relation économique qui soit de nature à admettre l’autorité d’Israël sur le territoire palestinien ou à accorder des effets juridiques aux activités des colonies.

3. Ne pas prêter aide ou assistance au maintien d’une situation illégale. Selon le professeur Dubuisson, « en admettant sur leur territoire l’importation et la commercialisation des produits issus des colonies de peuplement, les Etats de l’Union européenne contribuent incontestablement à leur prospérité économique et, en cela, apportent ‘aide ou assistance’ au maintien de la situation illégale créée par la politique de colonisation d’Israël  ».

Si la mise en œuvre de ces obligations par l’UE n’a pas toujours été rigoureuse, tout indique qu’elle les prend de plus en plus en considération, suite à la pression grandissante de la société civile. En juillet 2013, la Commission européenne a franchi un grand pas en adoptant des Lignes directrices qui engagent l’UE à exclure les colonies de tous les « prix, instruments financiers ou subventions » qu’elle finance. En adoptant ces Lignes directrices, elle a montré qu’elle est consciente de ses obligations au regard du droit international et européen. C’est un début mais cela reste insuffisant par rapport à la nécessité de prendre des initiatives qui soient susceptibles d’infléchir efficacement la politique de colonisation d’Israël.

En Europe et ailleurs, des pays prennent déjà des mesures visant à se conformer au droit international. Dernièrement, des états comme la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Suède ou les Pays-Bas ont ainsi exclu de leur fonds de pension publics des sociétés israéliennes impliquées dans les colonies, en invoquant leurs obligations internationales pour justifier leur décision.

Lire aussi

Un traité transatlantique au mépris du climat ?
Tribune

Un traité transatlantique au mépris du climat ?

Les Etats membres de l’UE se prononceront « dans les prochaines semaines » sur la négociation d’un nouveau traité transatlantique avec les Etats-Unis. La Commission européenne a publié en janvier dernier des mandats de négociation en ce sens, mais le (...)


  • Arnaud Zacharie, Michel Cermak

    20 mars 2019
  • Lire
SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

Stop à l’accaparement des terres et aux abus de droits humains du groupe SOCFIN en Sierra Leone ! La Belgique doit agir ! Un mois et demi après de nouveaux incidents violents dans les plantations du groupe SOCFIN en Sierra Leone causant la mort (...)


Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire
Qui ? Rabab Khairy
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter