×

Carlos Bedoya, Latindadd : « Nous exigeons le respect des citoyens »

11 juin 2015

Faire des économies pour résoudre la crise ? « On le faisait déjà dans les années ‘90.  »

Chaque jour, Carlos Bedoya lutte pour une fiscalité plus juste. Il est coordinateur du Réseau latino-américain sur la dette, le développement et les droits (Latindadd), un réseau soutenu par l’Opération 11.11.11.

« Latindadd a été fondé au début des années 2000, à un moment où les pouvoirs publics en Amérique latine étaient de plus en plus ouverts au dialogue social. C’était la décennie de Chavez. Mais la crise économique a affaibli les mouvements sociaux.  »

Quels sont les changements qui s’imposent en Amérique latine ?

Les multinationales et les riches accaparent le pouvoir et les richesses. Les milliards se trouvant dans les paradis fiscaux pourraient servir à financer des services de base tels que l’éducation et la santé. Nous exigeons le respect des citoyens. Nous voulons que les pouvoirs publics se soucient en premier lieu des droits des populations.

Comment votre réseau aide-t-il à concrétiser cet objectif ?
Nous poussons les dirigeants à prendre des mesures incitant les grandes entreprises à payer des impôts. Nous recherchons une solution au problème des dettes publiques. Nous mettons sur pied des projets de développement, discutons avec les pouvoirs publics et menons des campagnes.

Existe-t-il des parallèles entre les situations en Amérique latine et en Europe ?
Bien sûr ! La crise a frappé le monde entier. Nous faisons face à la même menace : la restriction des droits des gens ordinaires. Et pour nous, la politique d’austérité européenne actuelle ressemble très fort à celle des années ‘90 chez nous . Nous avions alors pu constater les conséquences catastrophiques qu’elle avait eues pour la population.

Pouvez-vous en donner un exemple ?
Le Pérou disposait de lois remarquables pour la protection sociale. Mais la crise de la dette de 1990 a été ‘résolue’ en supprimant la protection sociale. En Europe aussi, des systèmes de protection sociale sont réduits à néant. Pour imposer des mesures d’austérité, des dirigeants jouent sur la peur de perdre votre emploi ou votre confort.

Ne faut-il pas prendre de mesures internationales pour pouvoir changer les choses ?
Oui, nous en sommes conscients. C’est pourquoi Latindadd possède 21 bureaux répartis sur 21 pays d’Amérique latine, du Mexique à l’Argentine. Nous travaillons également en étroite collaboration avec des réseaux sur d’autres continents, tels qu’Afrodad et Eurodad. Collaborer est une obligation.

Source : interview publiée dans le magazine d’Oxfam-Solidarité Globo, juin 2015.

Lire aussi

 Droits des femmes : pour une protection sociale universelle

Droits des femmes : pour une protection sociale universelle

Droit à la pension, congé de maternité, … La protection sociale universelle est loin d’être une réalité. Les femmes et les filles sont particulièrement concernées. La Commission sur la condition de la femme, le rassemblement annuel de l’ONU sur l’égalité (...)


  • Coralie Vos

    14 mars 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter