Ce 25 novembre, tou-te-s solidaires pour mettre fin aux violences faites aux femmes !

Le 25 novembre sera la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. À cette occasion, le CNCD-11.11.11 rejoint l’appel de Mirabal à participer à une manifestation nationale contre les violences faites aux femmes.

Partout dans le monde, des femmes et des hommes feront de cette journée un moment fort. Une société sans violences envers les femmes est possible, vous aussi, prenez part à cet élan mondial !

Que voulons-nous ?

Un engagement fort, concret, efficace et global des pouvoirs publics pour le respect de leurs engagements nationaux et internationaux. Ils doivent consacrer les budgets et moyens nécessaires pour réellement remplir leur rôle de prévention, de protection et de réparation dans l’éradication de toutes les formes de violences faites aux femmes.

Au niveau des Nations-Unies, la Belgique doit jouer un rôle plus actif pour l’éradication des violences faites aux femmes. Cela inclut de faire de cette problématique une priorité dans le cadre de sa candidature au Conseil de sécurité. Elle doit également plaider pour un agenda stratégique international contre les violences faites aux femmes assorti d’actions concrètes limitées dans le temps, afin d’accélérer la mise en œuvre du cadre international réglementaire existant.

Pourquoi ?

Les violences envers les femmes sont largement sous-estimées et donc relayées au second plan des priorités politiques. Passées sous silence, banalisées, excusées, niées, légitimées, ces violences sont trop souvent rendues invisibles aux yeux du grand public.

Ces dernières semaines, de nombreuses femmes ont partagé leurs témoignages sur les réseaux sociaux sous les hashtags #MeToo, #BalanceTonPorc ou encore #أنا_كمان pour les femmes arabes. Cette libération de la parole des femmes fait écho au large mouvement féministe #NiUnaMenos lancé en juin 2015 en Argentine et qui s’est répandu comme une trainée de poudre en Amérique Latine pour réclamer des changements dans la société face aux violences faites aux femmes et aux féminicides.

Tous ces témoignages mettent à nouveau en lumière que les violences faites aux femmes s’exercent sous de multiples formes - sociales, économiques, physiques, sexuelles, verbales, psychologiques,... - et partout, en Belgique comme ailleurs - dans la famille, au travail, à l’école, dans les médias, les institutions publiques, dans la rue, …

Un profond changement de la société est nécessaire pour mettre fin aux violences faites aux femmes. Il s’agit avant tout d’une responsabilité collective qui demande de dépasser la multitude des gestes individuels pour nous attaquer aux rouages de nos sociétés patriarcales, y compris par des politiques publiques de prévention, de prévention, de réparation et de sanction en matière de violences faites aux femmes.

D’une marche à Quito en Equateur où 123 féminicides ont été enregistrés depuis le début de l’année et 2000 plaintes pour violences sexuelles déposées au cours des 5 dernières années en passant par les rassemblements actuels en France jusqu’à l’appel lancé à manifester par #NiUnaMenos au Pérou, de nombreuses actions sont prévues à travers le monde à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Rendez-vous le 25 novembre à Bruxelles pour rendre visibles #MeToo et autres hashtags dans les rues, pour manifester notre solidarité avec les victimes des violences où qu’elles se trouvent, pour faire de la lutte contre la violence envers les femmes et les filles une priorité dans les actes de nos politiques avec des statistiques fiables, des indicateurs, des budgets et l’implication des organisations des droits des femmes !

Que pouvons-nous faire ?

Rejoindre la manifestation :

  • Libérer le 25 novembre après-midi dans nos agendas et nous retrouver à 14h à la gare du nord à Bruxelles !
  • Apporter un morceau de tissu rouge au dos duquel vous inscrirez un idéal d’une société sans violences sexistes pour contribuer à la construction du gigantesque « fil rouge des violences » qui parcourra le cortège de bout en bout. Nous voulons symboliser le caractère continu, multiforme et récurrent de ces violences à travers la vie de toutes les femmes. Le tenir ensemble en y opposant nos idéaux de justice et d’égalité marquera notre solidarité et notre vigilance collective.

Diffuser l’information :

  • En parler le plus possible autour de vous et convaincre 3 personnes de vous accompagner à la manifestation.
  • Partager l’événement facebook de la manifestation avec vos contacts et dans votre fil d’actualité.
  • Remplacer votre photo de profil (facebook, twitter, instagram) par un selfie de mobilisation pour la manif (explications plus concrètes ici)
  • Imprimer et diffuser autour de vous les tracts/affiches (format A5 en pièce jointe ; format affiche et A6 disponibles ici)