Migrations

Ce 9 octobre, rendons Bruxelles-Ville hospitalière

Ce lundi 9 octobre, au Conseil Communal de la Ville de Bruxelles, des citoyens se rassembleront pour demander à Bruxelles-Ville de rejoindre le mouvement des communes hospitalières, dans le cadre de la campagne du CNCD-11.11.11 pour la justice migratoire. Les citoyens interpelleront le Conseil communal en séance publique en lui demandant de prendre des engagements concrets pour l’accueil des migrants.

Portée par une large coalition d’organisations dont le CNCD-11.11.11, le CIRE, la CSC, la FGTB, Tout Autre Chose, le MOC, Vie Féminine, la plateforme citoyenne ainsi que de nombreuses autres organisations bruxelloises, la campagne « Rendons notre commune hospitalière » est rejointe par de nombreux citoyens. Le 14 septembre, le jour du lancement de la campagne, ils se sont mobilisés dans une commune sur cinq en Wallonie et à Bruxelles (53 communes).

En Wallonie, trois communes se sont déjà engagées dans cette voie : Chièvres, Vielsam, Anderlues. Dans la capitale, l’interpellation présentée au conseil communal de la Ville de Bruxelles ce lundi rappellera notamment l’importance de créer un centre d’accueil et d’orientation pour les migrants.

Au-delà de la situation particulière du parc Maximilien, d’autres migrants sont confrontés à des situations extrêmement complexes sur le territoire de la Ville de Bruxelles. C’est le cas des personnes sans-papiers, notamment, du fait de leur absence de statut. La peur et la précarité à laquelle ils sont exposés au quotidien peuvent être combattues.

Déroulé de l’action

La mobilisation partira ce lundi 9 octobre du Parc Maximilien à 14h30. Elle passera devant le bâtiment occupé par la Voix des Sans Papiers [Hôtel Astrid, Place du Samedi] et la Bourse de Bruxelles, avant d’aboutir à 15h30 à l’Hôtel de Ville. L’interpellation citoyenne sera entendue à 16h dans la salle du Conseil Communal. Voir le parcours en ligne.

Les citoyens remettront aux élus un bateau gonflable symbolisant le fait que tous les migrants – demandeurs d’asile, réfugiés ou personnes sans-papiers - sont dans le même bateau. Différents messages y seront inscris par les participants, à destination des élus de la Ville de Bruxelles.