×

Climat / #UrgentSharing : « Chers ministres, l’eau monte dangereusement ! »

11 mai 2015

Dans une semaine, le 18 mai, les représentants du gouvernement fédéral et des trois gouvernements régionaux se réuniront pour reprendre les négociations pour l’accord intra-belge de « Burden Sharing », soit le partage des objectifs climatiques de la période 2013-2020. L’enjeu ? Définir la répartition des objectifs de réductions d’émissions de gaz à effet de serre et de production d’énergies renouvelables, mais aussi répartir plus de 212 millions d’euros de revenus des quotas de CO2 (ETS) et préciser la contribution au financement climat international.

La Plateforme Justice Climatique [1] appelle à aboutir rapidement sur ce dossier essentiel pour une politique climatique belge coordonnée et efficace. Elle rebaptise aujourd’hui le « burden sharing » en « Urgent Sharing » et publie une caricature de nos ministres (©Yakana).

Le « burden sharing » est considéré comme prioritaire, mais les années passent et l’eau monte dangereusement !

« La situation est surréaliste. Alors que la communauté internationale prépare activement l’après 2020, la Belgique reste piégée dans ses devoirs du passé ! Nous demandons à nos ministres de régulariser cette situation au plus vite ! Les avantages pour l’ensemble de la société sont évidents » rappelle Véronique Rigot, qui coordonne la Plateforme Justice Climatique.

Un accord de répartition intra-belge permettra de clarifier la transition de notre système énergétique belge en identifiant clairement la part des efforts à fournir par chacune des Régions et par le fédéral. Cet accord est indispensable pour l’ensemble de la société, il facilitera les investissements dans la transition énergétique et encouragera la conversion de notre société vers un modèle bas carbone soutenable tout en créant des emplois verts.

Cet accord doit aussi permettre de répartir les revenus actuels et futurs de la mise aux enchères des quotas ETS. Actuellement bloquée sur un compte, cette somme de plus de 212 millions d’euros (fin 2014) devra soutenir la politique climatique et énergétique interne (aides aux ménages, soutien aux politiques d’emploi) et internationale (contribution au financement climat international pour aider les populations les plus vulnérables face aux changements climatiques).

Pour rappel, lors de la Conférence climat de Lima, en décembre dernier, la Belgique avait été pointée du doigt pour son manque de réactivité quant à l’annonce d’engagements financiers internationaux.
La répartition intra-belge des objectifs climatiques aurait déjà dû être clarifiée sous la précédente législature. Il s’agit en effet des objectifs du paquet énergie-climat européen à l’horizon 2020. Depuis, l’Union européenne a d’ailleurs défini ses objectifs à l’horizon 2030.

« Nous espérons réveiller les consciences, ce n’est finalement qu’une formalité politique entre des ministres qui se partagent une compétence ! Le manque de vision politique hypothèque déjà nos politiques énergétiques et la transition juste de notre économie vers un modèle bas carbone soutenable, mais aussi nos engagements financiers internationaux !  » conclut Joeri Thijs, pour Greenpeace.

[1La Plateforme Justice Climatique est une plateforme de la société civile belge coordonnée par le CNCD-11.11.11 et son homologue flamand 11.11.11 et formée de ADG, Associations21, Bond Beter Leefmilieu (BBL), Broederlijk Delen, Beweging.net, ACLVB-CGSLB, ACV-CSC, Climate Express, EcoKerk, Entraide et Fraternité, ABVV-FGTB, FSTM, Médecine pour le Tiers Monde, Greenpeace, Inter-environnement Wallonie (IEW), Climat et Justice sociale, Natuurpunt, Oxfam-Solidarité, Oxfam Magasins du monde, OxfamWereldwinkels, Protos, SLCD, SOS FAIM, Vredeseilanden, WWF.

Parlons climat à l’école



Découvrez notre mallette d'outils pédagogiques
]

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter