×

Communiqué

Conditionner l’aide au développement au rapatriement des migrants en situation irrégulière : une proposition incohérente qui rate sa cible

22 août 2016

Une proposition de loi déposée par Denis Ducarme (MR) propose de couper l’aide au développement aux pays refusant de rapatrier leurs ressortissants en situation irrégulière. Pour le Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11), si cette proposition peut sembler frappée du bon sens, elle est en réalité inadaptée et serait doublement inefficace.

D’une part, l’aide publique au développement a pour but de favoriser l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés en 2015 par l’Assemblée générale de l’ONU. Alors que l’aide belge est en forte baisse – plus d’un milliard EUR de coupes cumulées prévues au long de la législature et plus de deux milliards entre 2010 et 2019 –, la détourner ainsi des objectifs auxquels la Belgique s’est engagée en réduirait d’autant l’efficacité.

Il est illusoire d’espérer inciter un pays à collaborer en le menaçant de couper une aide qui, en réalité, n’existe pas.

D’autre part, utiliser l’aide au développement comme levier pour inciter un gouvernement du Sud à rapatrier ses ressortissants immigrés en situation illégale en Belgique implique qu’une aide belge lui soit effectivement octroyée. Or la liste des 14 pays partenaires de la Coopération belge ne correspond pas aux pays refusant de rapatrier leurs ressortissants – comme l’Algérie, pointée du doigt suite à l’attentat de Charleroi. Il est donc illusoire d’espérer inciter un pays à collaborer en le menaçant de couper une aide au développement qui, en réalité, n’existe pas.

Selon Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11 : « Non seulement cette proposition rate sa cible, mais elle aurait en outre pour effet de détourner l’aide au développement de ses objectifs ».

Lire aussi

Défense des droits humains : une priorité pour la Belgique mais un bilan contrasté
Elections 2019. Bilan de la législature

Défense des droits humains : une priorité pour la Belgique mais un bilan contrasté

Quel est le bilan du gouvernement Michel en termes de promotion et de défense des droits humains ? De l’élection de la Belgique au Conseil de sécurité au soutien de processus électoraux démocratiques, des accords de commerce à la guerre en Syrie, la (...)


  • Antoinette Van Haute, Nathalie Janne d’Othée ...

    19 mai 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter