×

Communiqué de presse

Congo : une annulation de dette ... mais que de temps perdu

18 novembre 2010

Annulation par le Club de Paris de 7,35 milliards de dollars de dette du Congo : le CNCD-11.11.11 se réjouit mais regrette le temps perdu aux dépends des Congolais.

Le Club de Paris, réunissant les principaux pays industrialisés créanciers, le Brésil et la RDC ont convenu hier 17 novembre de l’annulation de 7,35 milliards de dollars de la dette souveraine congolaise, dans le cadre de l’initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE renforcée).

« C’est une bonne nouvelle », constate Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11, « mais que de temps perdu pour cette annulation prévue à l’origine pour 2006 ! Pendant ces 4 années, le maigre budget public congolais a dû supporter le service d’une dette illégitime et odieuse, contractée en son temps par le régime de Mobutu avec la complicité des chancelleries occidentales, qui n’a servi en rien au développement et au bien-être des congolais.  »

Le défi aujourd’hui, tant pour le débiteur que les créanciers, est de tirer les enseignements du passé, pour que le pays n’entame pas à nouveau un cycle d’endettement insoutenable et afin que cette annulation de dette bénéficie directement aux citoyens de la RDC.

« Attention également aux fonds vautours, spéculateurs privés qui rachètent à vil prix des vieux stocks de dettes souveraines, et attendent le retour des pays débiteurs à la solvabilité pour enfin les attaquer en justice  », prévient Arnaud Zacharie, rappelant que la décision du Club de Paris n’annule pas la totalité de la dette extérieure congolaise.

Contact presse

Arnaud Zacharie
0495.92.35.58

Liens

L’annulation de la dette congolaise doit bénéficier aux populations locales !
Communiqué de presse, juillet 2010

Dette congolaise : un véritable parcours du combattant
Arnaud Zacharie, dlm // demain le monde #1, mai-juin 2010.

Lire aussi

« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter