×

Des banques en Belgique jouent avec la faim

18 juin 2013

Des banques en Belgique jouent avec la nourriture. C’est ce que révèle le rapport « La complicité des banques en Belgique dans la spéculation sur l’alimentation  » présenté ce mardi 18 juin par le CNCD-11.11.11, SOS Faim, Oxfam Solidarité, Réseau financement alternatif et FAIRFIN. Les banques BNP Paribas Fortis et Deutsche Bank se distinguent par la multiplicité des fonds proposés et l’ampleur des montants. Axa, Belfius, ING, ABN Amro sont aussi pointées dans le rapport. Plus de transparence et une régulation du secteur financier sont les mesures préconisées par les ONG pour lutter contre ce fléau.

Les ONG ont recensé 28 fonds et de nombreux produits financiers au sein desquels la part des investissements sur les matières premières agricoles avoisinerait 950 millions d’euros. «  Ces chiffres ne représentent que la pointe de l’iceberg dû au manque de transparence du secteur financier  », concluent les chercheurs. Près de 80% de la spéculation resterait encore dans l’opacité. Elle est scandaleuse car elle mobilise six fois plus d’argent que l’aide publique belge n’en consacre à l’aide au secteur agricole et alimentaire dans les pays du Sud.

« Cette spéculation sur les denrées alimentaires a des conséquences désastreuses. Elle plonge les populations les plus pauvres dans la faim et la pauvreté. La facture alimentaire de ces pays a été multipliée par 5 entre 1992 et 2008. Les populations sont les victimes et non les bénéficiaires de la volatilité des prix  » souligne Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation.

Les responsables politiques belges, à commencer par le ministre des Finances, doivent défendre au niveau européen l’accord de gouvernement stipulant la lutte contre la spéculation excessive sur les produits agricoles. Pourtant, au niveau belge, les amendements introduits le 4 juin dernier par le CD&V, le cdH, le MR et le VLD dans la proposition de résolution du PS l’ont vidé de son contenu et ouvert la porte à toutes les spéculations.

Dans l’attente d’un cadre juridique contraignant, les ONG demandent aux banques impliquées de supprimer ces fonds et de réinvestir l’argent dans des alternatives durables et éthiques.

Contact presse

Stéphane Desgain, chargé de recherche au CNCD-11.11.11 : 0475/76.90.61

Lien

Le rapport

Le rapport

  • Mise en ligne : 18-06-13
  • |
  • PDF - 1.4 Mo
  • Le rapport

Lire aussi

« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

Stop à l’accaparement des terres et aux abus de droits humains du groupe SOCFIN en Sierra Leone ! La Belgique doit agir ! Un mois et demi après de nouveaux incidents violents dans les plantations du groupe SOCFIN en Sierra Leone causant la mort (...)


Climat : le mois de vérité

Climat : le mois de vérité

Il reste un mois au monde politique pour approuver la Loi Climat, premier pas nécessaire pour définir le cadre de lutte contre le changement climatique. La Coalition Climat déplore qu’après 3 mois de mobilisation citoyenne intense, aucune mesure (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter