×

Manifestation

Des casseroles et cuillères face à l’ambassade du Honduras

Entre cinquante et cent personnes - représentants d’associations et d’ONG, de syndicats, politiques, citoyens - se sont rassemblés ce lundi 28 juillet sur l’heure de midi pour exprimer leurs préoccupations sur la situation que traverse le Honduras, ce petit pays d’Amérique centrale déstabilisé il y a plusieurs semaines par un coup d’État.

Face à la dégradation de la situation au Honduras, les coupoles des organisations de solidarité Nord-Sud (CNCD-11.11.11 et 11.11.11), leurs membres ainsi que d’autres organisations appelaient à manifester ce lundi 28 septembre face à l’ambassade du Honduras à Bruxelles, en solidarité avec le peuple hondurien et afin de pousser les autorités belges, européennes et internationales à durcir leurs positions par rapport à ce gouvernement illégitime.

Faisant suite à l’appel du « Front de résistance contre le coup d’État », d’autres manifestations ont eu lieu le même jour dans différentes villes du monde.

Regardez les photos

Regardez la vidéo

Réalisation : Télébraille (www.youtube.com/user/TELEBRAILLE).

Contexte

A bientôt trois mois du coup d’état militaire du 28 juin, la situation en termes de droits humains au Honduras reste extrêmement préoccupante. En effet, depuis cette date, plusieurs délégations internationales ont constaté sur place de graves violations des droits humains. La Commission Interaméricaine pour les Droits de l’Homme a constaté « un usage disproportionné de la violence de la part des forces de l’ordre, qu’il y a des arrestations arbitraires et que la diffusion de l’information est contrôlée ». Depuis le retour surprise du président Zelaya ce 21 septembre à Tegucigalpa, réfugié dans l’ambassade du Brésil, la situation s’est encore dégradée et la répression augmente. Il y aurait plusieurs personnes tuées et il est fait état de nombreuses personnes incarcérées et torturées. Les coupures d’électricité et des moyens de communication, mais surtout l’établissement d’un couvre-feu, empêchent les populations de se déplacer pour se réapprovisionner, pour aller à l’école, au travail, ou encore se faire soigner.

Face à ce coup d’état qui pourrait déstabiliser toute la région, les autorités belges, européennes et internationales doivent prendre des mesures plus fermes de condamnation du gouvernement.

Lire aussi

Le Cour européenne valide le CETA : place aux choix politiques

Le Cour européenne valide le CETA : place aux choix politiques

Ce mardi 30 avril, la Cour de justice de l’UE a rendu son avis définitif sur le système d’arbitrage prévu dans le CETA. Elle estime que ce mécanisme est compatible avec le droit européen et que le CETA peut rester inchangé. Après le temps judiciaire (...)


Qui ? Stephane Compère
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 48

Inscrivez-vous à notre Newsletter