×

Des cliniques mobiles pour contourner l’occupation israélienne

Rabab Khairy Rabab Khairy
14 mai 2011

Comment garantir des soins de santé à une population vivant sur un territoire morcelé où la liberté de circulation est drastiquement restreinte ? C’est ce à quoi tente de répondre Palestinian Medical Relief Society, une organisation soutenue par l’Opération 11.11.11.

Depuis le début de sa construction, en 2002, le tristement célèbre Mur israélien, bâti à l’intérieur de la Cisjordanie, est venu s’ajouter aux autres obstacles physiques imposés par l’occupation israélienne. Les territoires palestiniens s’apparentent aujourd’hui à un archipel d’îlots de terres où check points, barrages, colonies et autres routes de contournement réservées aux colons restreignent la liberté de mouvement et de circulation des Palestiniens. Ces obstacles créent en plus une entrave à l’exercice d’une série d’autres droits dont notamment celui à la santé.

Difficile accès aux soins

L’obtention des autorisations préalables nécessaires pour se rendre d’une ville à l’autre, les délais d’attente aux check points ou le blocus de la bande Gaza (voir encadré) créent de graves dysfonctionnements dans le système de santé et aggravent la situation sanitaire des Palestiniens. L’accès aux hôpitaux, par exemple, s’avère être un vrai parcours du combattant pour une grande partie de la population. Se faire soigner dans tel ou tel hôpital constitue un élément qui peut être soit décourageant dans les meilleurs des cas soit infranchissable pour des personnes fichées par la sécurité israélienne ou leurs proches. Les organisations de santé répertorient ainsi de nombreux cas d’accouchements dans des conditions plus que précaires ou encore des décès de personnes dans des ambulances bloquées trop longtemps à ces barrages. Le contrôle par l’État d’Israël de la liberté de circuler des Palestiniens a pour effet d’isoler des villages et de les priver d’un accès facile à des centres de santé. Les campagnes de vaccination ne couvrent ainsi plus l’ensemble de la population et des personnes souffrant de maladies chroniques n’ont pas la possibilité de se procurer de façon régulière les traitements et soins que leur cas nécessite.

Cliniques mobiles

L’ONG palestinienne Palestinian Medical Relief Society (PMRS), partenaire d’Oxfam-Solidarité, cherche à répondre à ce type de situation. Entre un secteur public en déliquescence et un secteur privé trop coûteux, l’action de cette organisation vise prioritairement à améliorer l’accès et la qualité des soins. PMRS gère ainsi une vingtaine de centres de santé permanents, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, une école de formation aux soins de santé communautaire et divers centres spécialisés.

Les médicaments vendus à très bon marché . Les médicaments vendusà très bon marché

L’une de ses actions, qui est plus spécifiquement soutenue par l’Opération-11.11.11 depuis 2008, est celle qui vise à fournir des soins aux habitants de villages et quartiers palestiniens éloignés et isolés grâce à des cliniques mobiles qui sillonnent les Territoires palestiniens. Celles-ci sont composées de médecins, de travailleurs de santé communautaire, de techniciens de laboratoire avec tout le matériel nécessaire pour les consultations, les radiographies et les soins. Les consultations sont la plupart du temps gratuites et les médicaments vendus à très bon marché.

Quand une clinique mobile arrive dans un village, en général très tôt le matin, l’équipe est accueillie chaleureusement par les habitants qui connaissent par avance sa date de passage. Les consultations commencent rapidement car les journées sont longues. Jusqu’à 200 patients peuvent bénéficier d’une consultation sur une même journée, ce qui témoigne de la pertinence de l’action de la PMRS. Afin que le temps d’attente ne soit pas perdu, des travailleurs de santé communautaire en profitent pour adresser aux patients des séances d’information et de sensibilisation sur certains types de maladies et comportements d’hygiène à adopter.

Concertation et coordination

La PMRS n’est pas isolée. Pour assurer l’efficacité de son action, l’organisation travaille en concertation avec le ministère palestinien de la Santé et en lien étroit avec d’autres organisations de santé. L’une d’elles n’est autre que l’ONG israélienne Physicians for Human Rights qui aide notamment à référer dans des hôpitaux israéliens certains cas précis auxquels l’offre de service de santé palestinienne ne peut répondre, comme des traitements de cancers spécifiques ou de cardiologie.

La PMRS est aujourd’hui une des plus importantes ONG de santé dans les territoires palestiniens occupés. Fondée en 1979, son action reste malheureusement essentielle car tant que persistera l’occupation israélienne, les institutions palestiniennes seront toujours dans l’incapacité de répondre aux besoins de leur population du fait du peu de contrôle qu’elles peuvent exercer sur leur population et leur territoire.


Le blocus de Gaza

27 février 2008. L’armée israélienne bombarde la bande de Gaza. Alors que Tsahal vise le ministère de l’Intérieur palestinien, elle détruit le bureau central de la PMRS. Une clinique mobile, la pharmacie, le centre de prêt de matériel pour handicapés et un générateur sont fortement endommagés.

Le blocus de la bande de Gaza depuis 2007 et la guerre de 2008-2009 ont entraîné une pénurie au niveau des services de base et des médicaments. L’instabilité de l’approvisionnement en électricité et la pénurie de carburant pour les génératrices d’urgence perturbent le fonctionnement de nombre d’équipements. Il est donc essentiel aujourd’hui d’exiger la fin d’un blocus qui représente une violation du droit des Palestiniens à la santé.

Source : dlm, demain le monde, mai-juin 2010, n°7.

Lire aussi

La baisse de la part des salaires
Géostratégo

La baisse de la part des salaires

La mondialisation néolibérale s’est accompagnée de la déformation du partage des revenus au détriment des salaires. Cette baisse de la part des salaires a des conséquences économiques et sociales négatives. C’est pourquoi le rééquilibrage du partage des (...)


  • Arnaud Zacharie

    3 mai 2019
  • Lire
Qui ? Rabab Khairy
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter