×

Des pesticides dans le bio ?

Benjamin Van Cutsem Benjamin Van Cutsem
10 février 2016

L’avenir de l’agriculture biologique est-il torpillé par l’Union européenne ? On est en droit de le craindre suite au vote, en commission agriculture du Parlement européen, d’une révision du règlement européen définissant les normes propres à l’agriculture biologique, ses conditions de production et sa certification.

Lors de son adoption en 2007, ce règlement avait déjà subi nombre de critiques. Il était en effet considéré par les défenseurs d’un modèle agricole alternatif à l’agriculture industrielle comme étant le plus petit dénominateur commun entre les différentes législations nationales en faveur de la production agro biologique.

Tout nouveau remaniement de la législation européenne entrainera immanquablement une réduction qualitative des produits issus de l’agriculture biologique. En abandonnant le dispositif de « décertification » de produits bio qui permettait de déclassifier toute production biologique contaminée accidentellement par des produits OGM ou des pesticides, le Parlement européen permet la présence de résidus d’intrants chimiques dans les produits bio.

L’adoption d’une telle révision est un sérieux obstacle à l’émergence d’une agriculture écologique et durable. Sous prétexte d’offrir plus de latitudes aux agriculteurs, il s’agit surtout de satisfaire le lobby des tenants de l’agriculture conventionnelle pourtant déjà largement subventionnée et responsable des dégradations environnementales actuelles.

Le CNCD-11.11.11 ne peut cautionner une telle décision. Accepter que des produits labellisés AB (agriculture biologique) puissent comprendre dans leur composition des pesticides ou autres intrants chimiques est une aberration. Il est grand temps que les autorités européennes s’attachent à protéger les consommateurs et les agriculteurs engagés dans la production biologique et non à favoriser les intérêts des grands groupes et multinationales impliquées dans l’agriculture industrielle.

L’Union européenne devrait donc s’engager à prendre des mesures qui facilitent la transition vers un type d’agriculture à faible émission de carbone et économe en ressources.

Lire aussi

SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

SOCFIN en Sierra Leone : La Belgique doit agir !

Stop à l’accaparement des terres et aux abus de droits humains du groupe SOCFIN en Sierra Leone ! La Belgique doit agir ! Un mois et demi après de nouveaux incidents violents dans les plantations du groupe SOCFIN en Sierra Leone causant la mort (...)


Qui ? Benjamin Van Cutsem
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter