×

Communiqué de presse

Disparition en Colombie, l’hémorragie continue

7 avril 2011

Ce vendredi, un rassemblement est organisé en face de l’ambassade de Colombie à Bruxelles. Objectif : obtenir des réponses précises de la part des autorités colombiennes sur la disparition de Sandra Viviana Cuellar Galliego qui a travaillé pour CENSAT Agua Viva, une organisation partenaire du CNCD-11.11.11.

Depuis le 17 février 2011, nous sommes sans nouvelles de Sandra Viviana Cuellar Galliego. Parmi les nombreuses disparitions en Colombie, celle-ci affecte particulièrement le CNCD-11.11.11 car Sandra a travaillé pour CENSAT Agua Viva (Amis de la Terre - Chapitre Colombie), une organisation partenaire.

Interpellés par sa disparition, le CNCD-11.11.11, la Coordination belge pour la Colombie, Amnesty international Belgique, les Comités Libertad (ex-Betancourt) et d’autres ONG belges ont demandé une entrevue à l’ambassadeur de Colombie en Belgique. L’objectif est d’obtenir des informations précises concernant le cas de Sandra Viviana Cuellar Galliego, mais également concernant le scandale des disparitions forcées et l’apparente impunité dont jouissent les auteurs de ces crimes.

Jamais éclaircies, jamais sanctionnées, les disparitions forcées sont un des énormes scandales de la réalité des droits humains en Colombie. Les chiffres officiels font état de plus de 32.000 cas (dont près de 1130 pour ces trois dernières années). Parmi eux, un grand nombre de militants associatifs, de défenseurs des droits humains et de syndicalistes. Bien plus que sous les dictatures de Pinochet au Chili ou de Videla en Argentine.

Au cours des 20 dernières années, il a été démontré que des membres des corps de sécurité de l’État ont été impliqués d’une manière ou d’une autre dans ces crimes, soit en les commettant eux-mêmes, soit en les tolérant quand ils étaient commis par des groupes paramilitaires.

__filet.png__

Les représentants des ONG se présenteront ce vendredi 8 avril à 17h devant l’ambassade de Colombie pour obtenir des réponses précises aux questions suivantes :

  • Quelles mesures sont prises par le gouvernement colombien pour garantir la réapparition en vie de Sandra Viviana Cuellar ?
  • Que fait le gouvernement colombien pour obtenir la détention et le jugement des responsables de son enlèvement, ainsi que des auteurs des milliers de disparitions forcées jamais éclaircies en Colombie ?
  • Quelles garanties sont mises en place afin de permettre aux militants associatifs, défenseurs des droits humains et syndicalistes de faire leur travail en toute sécurité ?

__filet.png__

LE PUBLIC EST INVITÉ À APPUYER CETTE ACTION EN SE RENDANT
DEVANT L’AMBASSADE DE COLOMBIE (96A, Avenue F.D.ROOSEVELT, 1050 BRUXELLES) le 8 avril 2011 à partir de 17h

Contact presse

// Stéphane Compère
Chargé des programmes Amérique latine
0494 11 03 56

Tags: Colombie

Lire aussi

La centrale d'Hidroituango engloutira 79 kilomètres de berges le long des canyons de la Cauca, au Nord de la Colombie.
Une femme, une cause

Isabel Zuleta, au chevet des rivières vivantes

Cheville ouvrière du Mouvement des rivières vivantes, la jeune colombienne Isabel Zuleta s’oppose à la construction du gigantesque barrage d’Hidroituango qui engloutira 79 kilomètres de berges, faisant disparaître une riche biodiversité tropicale, des (...)


  • Jean-François Pollet

    22 octobre 2018
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter