×

Docteur Folamour à la rescousse du climat

Gérard Manréson Gérard Manréson
29 mars 2013

« Pas au sud, complètement à l’ouest ! », la chronique subjective et complètement à l’ouest,… de Gérard Manréson, docteur ès cynisme à HECC, la Haute école du Café du Commerce.
Tous les deux mois dans notre magazine dlm | Demain le monde.

2013 est déjà une belle année, une année enthousiasmante. Il ne pourrait en être autrement : la somme de ses chiffres fait 6, soit le jour de la création, celle de l’homme qui donnera après des milliards de tâtonnements le sommet de l’évolution : moi ! L’Homo oeconomicus par excel®lence.

Une fois n’est pas coutume, je parlerai de transition et d’action pour le climat. Il faut arrêter de dire des carabistouilles à tout-va : personne ne veut diviser sa consommation par quatre, PERSONNE ! Chacun a une excel®lente raison de demander à son voisin de faire l’effort le premier, et personnellement, j’en ai beaucoup plus qu’une. Ce constat étant fait, que reste-t-il ? Rien… Rien à part l’innovation.

Et de ce côté-là, ça foisonne à gogo. Il y a par exemple l’Institut britannique IMechE qui développe un projet d’arbres artificiels pour capter et stocker le CO2. Planter des millions d’arbres artificiels permettrait d’envoyer ce CO2 stocké en granulés au fond des océans - comme tout ce qui nous dérange depuis 50 ans d’ailleurs. Un superbe projet, donc, qui diminuerait nos gaz à effet de serre de quelques pourcents et qui relancerait l’économie pour la modique somme de 13 000 euro l’arbre. Le philosophe chinois Lao-Tseu ne disait-il pas que « le plus grand arbre est né d’une graine menue  » ?

L’important, c’est d’oser et de ne plus perdre de temps en études et évaluations. Fonçons ! Augmentons le nombre et la taille des nuages avec de la poussière d’aluminium, comme le proposait feu Ed Teller, le père de la bombe H. Vaporisons l’eau de mer avec 1 500 bateaux pour faire plus de nuages (Université d’Edimbourg). Envoyons joyeusement dans l’espace des millions de petits disques pour faire écran entre le soleil et la Terre (Lowell Wood). Déversons des millions de tonnes de sulfate de fer dans l’océan pour stimuler le développement du plancton qui capte le CO2 comme a commencé à la faire Russ George.

Quelle joie aussi d’assister à la fusion des esprits, celui d’entreprendre et de créer. Une entreprise a réussi à faire homologuer par l’ONU des OGM qui captent l’azote de l’air et qui donne accès à des droits de polluer, …heu pardon des « crédits carbone ». Génial, n’est-ce pas ? Pas besoin de rotation de ces stupides légumineux qui fixent naturellement l’azote de l’air - donc gratuitement, donc pas de croissance. Ici, grâce à ce super OGM, on peut remplacer les méchants engrais industriels qui émettent un gaz à effet de serre 250 fois plus puissants que le CO2.

Merci Monsanto, merci l’innovation, merci l’audace, merci les mécanismes de développement propre, merci l’ONU, merci le climat détraqué, merci l’année 2013.

Et pour cet enthousiasme communicatif ?
Merci qui ?

__filet.png__

Notre salut dans la science ?

Peut-on attendre de la science qu’elle diminue par quatre notre impact sur le climat sans modifier notre mode de vie ? Pour y répondre il faut prendre en compte les principales causes du réchauffement.
L’électricité et le chauffage, l’agriculture, les biens de consommation et le transport. Si pour le chauffage c’est sans doute possible, actuellement les progrès technologiques dans la consommation électrique, l’énergie nécessaire à la production de biens et les transports se sont accompagnés d’effets rebond. Le frigo consomme moins mais de plus en plus de famille en ont deux, la voiture consomme moins mais on roule beaucoup plus, etc... La diminution de la consommation est inévitable et ne signifie pas une diminution de la qualité de la vie si elle passe par le rationnement et le recyclage des ressources rares.

Source : chronique publiée dans DLM | Demain le monde, n°18, mars-avril 2013.

Parlons climat à l’école



Découvrez notre mallette d'outils pédagogiques
]

Lire aussi

Qui ? Gérard Manréson
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30
Email dlm cncd.be

Inscrivez-vous à notre Newsletter