×

Equateur : protéger la forêt amazonienne et les peuples qui y vivent

7 novembre 2012

Depuis les années trente, le peuple indigène de Sarayaku a subi diverses incursions sur son territoire dans la forêt amazonienne de la part de diverses compagnies pétrolières pour effectuer des forages et des explorations sismiques. Certaines ont pénétré abusivement et avec violence, parfois avec l’appui des forces armées, sans consulter le peuple qui y vit et sans tenir compte ni des engagements, ni de la reconnaissance du titre de propriété collective, octroyé en 1992.

L’Opération 11.11.11 soutient MATM & Frontière de vie dans le projet WINLLA KAWSAYMANTA – « Tous ensemble pour la vie ». Ce projet vise à conscientiser la population équatorienne sur la nécessité de préserver la forêt amazonienne et le peuple Sarayaku qui y vit.
Le projet consiste à soutenir et à faire connaître les éléments spécifiques du plan Tayak (plan de développement durable) mis en place par le peuple de Sarayaku pour protéger son territoire.

Concrètement, ce plan comprend 4 axes : un centre de santé, un jardin botanique communautaire, un centre d’apprentissage de l’éducation interculturelle bilingue et un programme de conservation et de préservation du territoire et de la vie en Amazonie. Le centre d’apprentissage élaborera les outils de sensibilisation à la protection des forêts tropicales. Ensuite, débutera la distribution et la diffusion du matériel pédagogique au niveau local et national ainsi que le relevé des plantes et arbres se trouvant sur le territoire. Le matériel pédagogique sera ensuite traduit dans les autres langues locales et régionales afin de faciliter sa diffusion.

Témoignage de Franklin Toala de la communauté indigène de Sarayaku
« Nous sommes environ 1200 personnes à nous battre depuis des années contre les projets d’extraction soutenus par l’Etat équatorien, dans les territoires autochtones indigènes. Notre campagne « Cri » consiste à faire connaître au monde entier notre travail de protection de la « Mère Terre ». Le projet vise à déterminer les besoins réels de nos communautés et à élaborer nos propres propositions de sauvegarde territoriale. Pour cela, il nous faut développer du matériel pédagogique compréhensible et éducatif. Le projet permettra également une diffusion grand public de la proposition de Sarayaku comme une alternative à l’expansion des frontières pétrolières. »

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter