×

Est du Congo : mettre fin à cette histoire sans fin !

Arnaud Zacharie Arnaud Zacharie
1er novembre 2012

Les gouvernements congolais et rwandais sont incapables de s’accorder en faveur de la paix dans l’est du Congo. Celle-ci ne pourra survenir sans que trois conditions soient réunies : 1) la mise sur pied d’une armée congolaise digne de ce nom ; 2) une véritable lutte contre l’impunité ; 3) une politique de coopération régionale bénéficiant à l’ensemble des pays de la région des Grands Lacs.

En avril 2012, un mouvement rebelle baptisé « M23 » [1]], issu de la mutinerie de quelques centaines de soldats et officiers de l’armée congolaise, a provoqué un nouveau conflit dans l’est du Congo, débouchant sur les habituelles scènes de violence et de déplacement des populations locales. Un nouveau conflit qui illustre l’incapacité des gouvernements locaux et de la communauté internationale à garantir la paix et la sécurité dans la région des Grands Lacs.

Le schéma habituel du conflit

Pour la société civile du Nord-Kivu, épicentre des conflits à répétition, c’est la même scène qui se répète inlassablement depuis plus de 15 ans : en 1996, l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) de Laurent-Désiré Kabila, alliée au Rwanda et à l’Ouganda, était partie de l’est du Congo pour faire tomber Mobutu ; en 1998, après que le Rwanda et l’Ouganda eurent rompu avec Kabila père, c’est depuis Goma que le RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie), mouvement rebelle soutenu par le Rwanda, lança une guerre qui dura près de cinq ans ; après l’organisation des élections de 2006 remportées par Joseph Kabila, c’est le CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) de Laurent Nkunda, soutenu par le Rwanda, qui menaça le pouvoir de Kinshasa, jusqu’à ce que ce dernier noue un pacte avec le pouvoir rwandais, débouchant sur l’arrestation de Nkunda au Rwanda, sur son remplacement par Bosco Ntaganda à la tête du CNDP et sur les fameux accords du 23 mars 2009, impliquant notamment l’intégration des troupes du CNDP à l’armée congolaise....

Lire la suite de cette chronique sur imagine-magazine.com

[1« M23 » se réfère aux accords du 23 mars 2009 entre le gouvernement congolais et les mouvements rebelles que le mouvement M23 a décrétés non respectés par le gouvernement congolais pour justiȀer sa mutinerie.

Lire aussi

Qui ? Arnaud Zacharie
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 41

Inscrivez-vous à notre Newsletter