×

Honduras : un nouvel assassinat précipite le retrait de fonds d’investissements européens

Stephane Compère Stephane Compère
17 mars 2016

Ce mardi 15 mars, Nelson Garcia a été assassiné. Nelson était membre actif du Conseil civique des organisations populaires et indigènes (COPINH), la même organisation que Berta Caceres également assassinée le 3 mars dernier. Nelson Garcia était présent sur le lieu d’une expulsion de 150 familles dans le département de Cortes quelques heures avant sa mort.

Si la Police nationale a directement réagit en affirmant qu’il n’y avait pas de lien entre ces expulsions et la mort de Nelson Garcia, rappelons néanmoins que Moisés Durón Sánchez, du COPINH, a également été exécuté en mai 2015 et que le Honduras est un des pays les plus dangereux au monde pour les défenseurs de l’environnement, selon l’ONG Global Witness qui y dénombre 109 assassinats de personnes s’opposant aux barrages, mégaprojets miniers ou agricoles, entre 2012 et 2015.

Suite aux nombreuses mobilisations au Honduras et dans le monde qu’ont provoqué la disparition de ces leaders sociaux, deux fonds d’investissements européens, Finnfund (Finlande) et FMO (Pays-Bas), ont décidé de suspendre leurs activités au Honduras et donc leurs financements au projet de barrage hydroélectrique Agua Zarca, auquel s’opposaient la COPINH et les communautés Lemca affectées par ce projet. Il reste au troisième investisseur dans le projet, la Banque centroaméricaine d’intégration économique (BCIE), à faire de même. C’est un (petit) pas en avant afin de permettre de faire plus de clarté sur tous les investissements que ces fonds, et les autres, ont au Honduras. Cela doit pousser les autorités européennes à réguler les activités et investissements des entreprises européennes en Amérique centrale et dans le monde afin qu’elles respectent les droits humains et spécifiquement ceux des personnes affectées, notamment les populations indigènes.

Une lettre ouverte à la Commission européenne


En réaction à la disparition de Berta Caceres, une lettre ouverte signée par plus de 120 organisations de défense des droits humains, de coopération, de comités de solidarités, dont le CNCD-11.11.11, a été adressé à la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Mogherini et à la Commissaire européenne au Commerce, Mme Malmström, reprenant l’ensemble des demandes et recommandations concernant ces tragiques évènements.

Justice pour Berta Cáceres


D’autre part, à la demande du COPINH, du Réseau national des défenseurs des droits humains du Honduras et d’autres organisations, une Mission internationale « Justice pour Berta Cáceres » est partie pour le Honduras ce 16 mars. Dans un communiqué de presse, la Mission, composée de représentants de réseaux sociaux européens et latino-américains exprime qu’elle « s’est constitué pour soutenir le peuple du Honduras et demander que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de la dirigeante indigène Berta Cáceres, survenu le 3 mars. La présence de la Mission coïncidera avec l’organisation de nombreuses mobilisations de la société civile du Honduras (…) et en solidarité avec Gustavo Castro, blessé lors de l’attaque contre Berta et retenu depuis par les autorités honduriennes ».

Lire aussi

Equateur : il faut sauver la région des bassins sacrés

Equateur : il faut sauver la région des bassins sacrés

En Equateur, les populations indigènes et la société civile s’organisent pour protéger une région très riche en biodiversité des secteurs pétrolier et minier. Considérée à raison comme le poumon de la terre, la forêt amazonienne est un lieu vital pour (...)


  • Leila Scheurette

    12 octobre 2018
  • Lire
Les pénuries d'eau ont déjà fait fuir une partie des touristes qui visitent la ville du Cap. Avec 1,4 million de nuitées en 2016, le tourisme est une activité importante de la ville.

Le Cap bientôt sans eau

Dans les prochains mois, la ville de Cape Town, en Afrique du sud, va devoir affronter une rupture totale d’approvisionnement en eau. En cause : la sécheresse, mais aussi un manque d’infrastructures et d’anticipation des autorités. En attendant ce « (...)


  • Jean-François Pollet

    23 juillet 2018
  • Lire
Une seconde vie pour le phosphore

Une seconde vie pour le phosphore

Côté face, le phosphore assure la croissance des grandes cultures et la prospérité des élevages. Côté pile, il représente une ressource finie qui viendra immanquablement à disparaître, alors que sa surexploitation menace dès à présent la santé des lacs et (...)


  • Jean-François Pollet

    16 juillet 2018
  • Lire
Qui ? Stephane Compère
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 48

Inscrivez-vous à notre Newsletter