×

Il faut enquêter sur les activités colombiennes d’espionnage

20 mai 2010

Syndicats et ONG belges demandent d’urgence des investigations concernant les activités colombiennes d’espionnage sur le territoire européen et belge

Les organisations syndicales belges CSC, FGTB et CGSLB et de nombreuses ONG regroupées au sein de la Coalition belge pour un travail décent sont stupéfaits face aux révélations concernant les activités d’espionnage du service de renseignement colombien DAS en Europe, qui ont été faites par la police judicaire colombienne CTI et relayées par de nombreux journaux internationaux.

Dans ce contexte, elles rappellent les nombreuses demandes du mouvement syndical colombien et international de ne pas approuver le projet d’accord commercial de l’Union Européenne avec la Colombie au vu des violations permanentes des droits des travailleurs et des droits de l’Homme en Colombie et surtout au vu du contexte récemment dévoilé d’activités d’espionnage sur le sol belge, car ceci constitue une ingérence extrêmement grave dans la souveraineté de notre pays.

2742 assassinats de syndicalistes depuis 1986 et un taux d’impunité de plus de 95% concernant les crimes contre les syndicalistes en Colombie, ainsi que d’innombrables autres atteintes aux libertés fondamentales de la population colombienne n’ont pas laissé indifférent le mouvement syndical belge comme les syndicats dans de nombreux autres pays et ceci depuis de nombreuses années. Etant donné la situation des droits des travailleurs et des droits de l’Homme en général, les organisations syndicales belges ont, à maintes reprises, demandé de mettre le travail décent et le développement durable au cœur des relations avec ce pays d’Amérique latine où sont concentrés plus de 60% des assassinats de syndicalistes dans le monde.

Les syndicats belges ensemble avec les ONG regroupées dans la Coalition belge pour un travail décent ont également exprimé avec ferme détermination leur opposition à la ratification d’un accord bilatéral d’investissement que le ministre belge des Affaires étrangères de l’époque, Karel De Gucht, avait signé au nom de la Belgique en février 2009. Au vu de la situation syndicale en Colombie et des clauses de travail décent insuffisantes dans le texte négocié, les gouvernements de la Région Flamande et de la Région Wallonne se sont opposés à la ratification de cet accord en 2010 et le gouvernement fédéral a par la suite pris acte de ces décisions et bloqué l’accord.

Alors que des projets d’accords commerciaux et d’investissement avec la Colombie sont bloqués pour les mêmes raisons aux Etats-Unis, au Canada et en Norvège, l’Union Européenne souhaite aujourd’hui signer un accord commercial avec la Colombie lors du sommet des chefs d’Etats de l’Union Européenne et d’Amérique Latine et des Caraïbes.

Nous demandons de toute urgence à nos responsables politiques belges, à tous les niveaux de pouvoir, de ne pas aller plus loin dans l’approbation de cet accord. Nous nous rallions aux demandes extrêmement claires de John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats (CES), à cet égard : « Maintenant que certains gouvernements suspendent même des aides envers la Colombie au vu des activités illégales du DAS, il devient absolument évident que les négociations ne peuvent être conclues de cette manière. La CES redemande que l’accord commercial ne soit pas signé sous ces circonstances ».

La CSC, la FGTB et la CGSLB en tant qu’organisations membres de la Confédération syndicale internationale (CSI) et de la Confédération européenne des syndicats (CES) ainsi que les ONG regroupées dans la Coalition belge pour un travail décent se joignent à cet appel et demandent d’autre part de toute urgence qu’une investigation complète concernant les activités du service de renseignement colombien en Belgique soit faite par les autorités compétentes de notre pays et que les responsables soient transférés en justice.

Nous demandons dans l’immédiat que le ministère des Affaires étrangères fasse les démarches nécessaires vis-à-vis de l’Ambassadeur de Colombie en Belgique, et que le ministère de la Justice et celui de l’Intérieur ainsi que nos services de renseignement fassent eux aussi les démarches nécessaires que la gravité de la situation impose.

Contacts

  • Thomas Miessen (ACV-CSC) // 0495 43 72 51
  • Stéphane Gallon (ABVV-FGTB) // 0477 69 81 94
  • Nilufer Polat (ACVLB-CGSLB) //0479 99 20 41
  • Nicolas Van Nuffel (CNCD-11.11.11, Coalition belge pour un travail décent) // 0485 64 91 04

En savoir plus

Tags: Colombie

Lire aussi

La centrale d'Hidroituango engloutira 79 kilomètres de berges le long des canyons de la Cauca, au Nord de la Colombie.
Une femme, une cause

Isabel Zuleta, au chevet des rivières vivantes

Cheville ouvrière du Mouvement des rivières vivantes, la jeune colombienne Isabel Zuleta s’oppose à la construction du gigantesque barrage d’Hidroituango qui engloutira 79 kilomètres de berges, faisant disparaître une riche biodiversité tropicale, des (...)


  • Jean-François Pollet

    22 octobre 2018
  • Lire
Colombie : le droit à la terre condition d'une paix durable

Colombie : le droit à la terre condition d’une paix durable

« Je suis un paysan de la région de Cordoba. […] Je suis arrivé avec ma femme Elisabeth Hernandez et mes deux fils, Leonardo Henrique Gomez et Eder Gomez, pour travailler. J’ai consacré ma jeunesse à construire une ferme... Quand je l’’ai enfin (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter