×

La « 100 pap » pour brasser la solidarité avec les sans-papiers

François Corbiau François Corbiau
3 novembre 2017

MICmag - Prendre un verre et discuter de la situation des sans-papiers en Belgique. C’est le pari que font les migrants et leurs soutiens en lançant la « 100 pap », une bière solidaire destinée à financer leurs actions et à sensibiliser... sans modération.

C’est lors d’une rencontre entre les sans-papiers et leurs soutiens que l’idée a germé. « On réfléchissait à d’autres modes d’actions que les occupations précaires de bâtiments et à la façon de les financer, se souvient François Halleux, l’un des initiateurs de ce projet. Lors du tour de table en début de réunion, quelqu’un a crié : ’Mince, on a encore oublié les bières !’. Tout le monde s’est regardé : c’est là que l’aventure a commencé. »

Une bière brassée avec sagesse...

Deux options s’offraient aux sans-papiers : commercialiser de la bière déjà brassée ou brasser leur propre bière. « On leur a posé la question et ils nous ont répondu les 2 ! », sourit François Halleux. Rapidement, des groupes de travail sont mis sur pied. « On les accompagne dans cette aventure mais ça reste leur projet  », insiste le membre du comité de soutien. Ils prennent alors contact avec plusieurs micro brasseries. Elles étaient toutes intéressées mais n’étaient pas en mesure de répondre immédiatement à la demande. « Tout ça s’est fait un peu par hasard », explique Antoine Lavis de ’J’irai brasser chez vous’. Ils cherchaient une belle quantité de chopes solidaires, pas chères et pour hier ! Moi j’avais encore un stock d’ambrée disponible. Ils l’ont goûtée, elle leur a plu. » Quelques semaines plus tard, la ’100 pap’ voyait le jour.

« Ils cherchaient une belle quantité de chopes solidaires, pas chères et pour hier ! »

... se déguste avec savoir

Si l’idée est de financer des actions, la ’100 pap’ vise aussi à attirer l’attention sur la situation des sans-papiers en Belgique. « Beaucoup
de sans-papiers ne boivent pas de bière mais s’investissent dans ce projet parce qu’ils pensent que c’est une façon de toucher la population belge
 », explique François Halleux. « Les politiques ont rendu ces questions clivantes mais avec la ’100 pap’, on propose de les aborder autrement, autour d’un verre. Ça permet de créer un moment d’échange et de convivia- lité où chacun peut s’exprimer et raconter son expérience. »

Sur le stock de 5 000 bouteilles disponibles, près de la moitié a déjà été écoulée, essentiellement lors des événements de soutien aux sans-papiers. «  Les gens apprécient son goût. On a déjà récolté environ 7 000 euros avec la vente des 2 300 premières bouteilles. Et sans faire de pub ! À ce rythme, on arrivera vite au bout des 5 000 », s’inquiète François Halleux. « L’idée est d’élargir le cercle et de la rebrasser dès qu’on peut. Mais un brassin, c’est 20 000 euros pour 6 000 litres de bière. »

Pour y parvenir, les sans-papiers et leurs soutiens pensent à un financement participatif. Et, à terme, lancer une coopérative.

Tags: Migrations

Source : MICmag, septembre 2017.

Lire aussi

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire
Qui ? François Corbiau
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter