Une victoire d’étape pour le désinvestissement

La Banque mondiale s’engage à ne plus soutenir l’exploration fossile

12 décembre 2017

Ce mardi 12 décembre a lieu à Paris le sommet climat « One Planet Summit », à l’occasion du deuxième anniversaire de la conclusion de l’Accord mondial pour le climat. La Banque mondiale, co-organisatrice du sommet avec la France et les Nations Unies, a annoncé cesser de soutenir les projets d’exploration des énergies fossiles. Pour la campagne mondiale « Big Shift Global », que le CNCD-11.11.11 a rejoint il y a quelques mois, c’est un pas dans la bonne direction.

« C’est une victoire d’étape pour le désinvestissement fossile. Nous nous félicitons de cette annonce, qui représente le désinvestissement de 1 milliard de dollars annuellement. C’est un pas dans la bonne direction, mais il faudra aller plus loin pour englober aussi le soutien à l’exploitation fossile, par exemple les centrales à charbon qui restent trop souvent problématiques pour les populations locales dans de nombreux pays, comme on l’a par exemple vu cette année en Indonésie » précise Véronique Rigot, chargée de recherches au CNCD-11.11.11.

« Nous appelons la Belgique, qui se veut ambitieuse pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris et qui joue par ailleurs un rôle important au sein de la Banque mondiale, à peser de tout son poids dans les mois à venir pour que les projets soutenus par la Banque mondiale garantissent une énergie 100% renouvelable et durable à tous les citoyens des pays en développement. Nous demandons également à la Belgique d’encourager toutes les institutions financières nationales et internationales à désinvestir. On le voit aujourd’hui lors du One Planet Summit, c’est le sens de l’Histoire », conclut Véronique Rigot.

Ce lundi 11 décembre, la campagne mondiale « Big Shift », dont le CNCD-11.11.11 est membre, publiait un briefing reprenant 12 projets peu exemplaires actuellement soutenus par la Banque mondiale, avec des conséquences désastreuses pour les populations locales et les écosystèmes.

Lire aussi

La régulation inachevée de la finance mondiale
Carte blanche

La régulation inachevée de la finance mondiale

Suite à la crise financière de 2008, le G20 s’était engagé à réguler la finance mondiale pour éviter qu’une telle crise puisse se répéter. Dans ce but, il a confié au Comité de Bâle le soin de renforcer les réglementations prudentielles des banques et à (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter