×

La Wallonie bloquera le CETA, une victoire de la société civile

13 avril 2016

Ce matin, le ministre-président wallon, Paul Magnette l’a annoncé : la Wallonie refuse de donner les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral pour signer l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, le CETA. Il manque, estime Paul Magnette « des garanties ». Il répond ainsi aux mises en garde répétées émises par des nombreux citoyens et de larges pans de la société civile belge et européenne, dont le CNCD-11.11.11.

« Nous n’avons pas toutes les garanties », constate Paul Magnette qui s’appuie pour se faire sur une résolution des groupes PS-cdh-Ecolo. Elle pointe les nombreuses interrogations laissées ouvertes dans le texte en cours de négociation, notamment concernant le futur mécanisme d’arbitrage entre Etats et multinationales. Cette résolution refuse notamment la mise en œuvre provisoire du CETA avant que toutes les procédures de ratification nationales soient clôturées, « afin d’entendre la voix des citoyens européens ».

En effet, de plus en plus de citoyens européens et d’acteurs de la société civile tirent la sonnette d’alarme et dénoncent l’absence de garde-fous entourant ces méga-accords de commerce et d’investissement qui, comme le CETA et le TTIP, menacent des pans entiers de nos modèles sociaux et démocratiques.

Selon Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11 : « C’est le résultat d’un travail de longue haleine d’information et de sensibilisation du public et du monde politique, qui a permis de faire évoluer les positions de nos élus sur base des termes du projet d’accord entre l’UE et le Canada, qui sont désormais connus ».

Selon Michel Cermak, chargé de recherche et de plaidoyer pour le CNCD-11.11.11 : « Aujourd’hui marque une étape importante, mais ce travail est loin d’être fini ». En effet, le mouvement ne faiblit pas, au contraire : les mouvements citoyens belges, réunis aujourd’hui à Bruxelles sous la bannière « Stop TTIP & CETA  » préparent de grandes mobilisations pour le mois de septembre. Ils veilleront à maintenir la pression afin de s’assurer que la Belgique pèse de tout son poids, avec d’autres pays européens, pour que ni le TTIP, ni le CETA n’entrent en vigueur et ne mettent en faillite notre démocratie.

Lire aussi

JEFTA : anatomie de l'accord de libre-échange UE-Japon

JEFTA : anatomie de l’accord de libre-échange UE-Japon

L’accord de libre-échange UE-Japon (JEFTA) est mis au vote du Parlement européen ce 12 décembre 2018. Il ne remplit pas les conditions pour être ratifié en l’état. L’accord de libre-échange UE-Japon (JEFTA) comporte des opportunités pour les secteurs (...)


  • Arnaud Zacharie, Michel Cermak

    12 décembre 2018
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter