×

La fausse bonne idée : supprimer le Fonds belge pour la sécurité alimentaire

Jean-François Pollet Jean-François Pollet
16 octobre 2015

Imagine demain le monde - Petite révolution dans la coopération belge, le Fonds belge pour la sécurité alimentaire va être supprimé d’ici 2020, le temps de terminer les actions en cours.

Doté d’un budget annuel de 25 millions d’euros versés par la loterie nationale, ce fonds assez singulier fut créé en 1983 pour répondre au « manifeste contre la faim » signé par 77 lauréats du prix nobel et à la marche des citoyens et des bourgmestres de 1982.

Né d’une volonté populaire, ce fonds est donc piloté par le Parlement, ce qui agace le ministre Alexander De Croo (open VLD) qui veut rationaliser la coopération belge, en supprimant notamment les fonds satellites qui gravitent autour de l’administration. Ceux-ci, estime-il, ont un mode de fonctionnement trop lourd qui ne leur permet pas de dépenser la totalité de leurs budgets.

« Le fonds belge pour la sécurité alimentaire intervient dans des zones à risque, défend Jean-Jacques Grodent, directeur de la communication à SOS Faim. Aussi, avant de s’engager, il doit faire un gros travail de consultation de la société civile, des acteurs locaux, de l’administration, des politiques, des représentants des institutions internationales.  »

Ces dernières années, le Fonds a ainsi entrepris une vaste consultation au Bénin et au congo. Probablement pour rien, étant donné que l’institution est appelée à disparaître. « Le programme béninois va, semble-t-il, être repris par l’administration, poursuit Jean-Jacques Grodent, mais le programme congolais risque d’être purement et simplement abandonné, ce qui détruirait 18 mois de consultations avec des acteurs locaux.  »

La disparition du Fonds, et de ses 25 millions de dotation, s’ajoute à la cure d’austérité imposée par le gouvernement à la coopération belge, qui doit voir ses budgets baisser de près d’un milliard d’ici 2019. De quoi sérieusement éroder la capacité de la Belgique à soutenir les efforts de développement des pays partenaires. « On peut même se demander comment la Belgique va pouvoir tenir ses propres engagements, renchérit Jean-Jacques Grodent. 15% des budgets de coopération doivent spécifiquement soutenir l’agriculture et la sécurité alimentaire, comment va-t-on faire si on supprime des fonds expressément dédiés à cet objectif ? ».

Lire aussi

Qui ? Jean-François Pollet
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 38

Inscrivez-vous à notre Newsletter