×

Mission sur les agrocarburants en Colombie

La palme ne se mange pas !

Stephane Compère Stephane Compère
6 août 2009

Du 1er au 11 juillet 2009, le CNCD-11.11.11 a participé à une « mission de vérification internationale sur l’impact de la culture (palmier à huile et canne à sucre) pour les agrocarburants en Colombie ».

La Colombie, comme d’autres pays latino-américains, a intensifié depuis plusieurs années un modèle de production agricole orienté vers la production à grande échelle et la monoculture. Dernier avatar de ce modèle de production intensif, la promotion par le gouvernement colombien de la production de canne à sucre et surtout de palmier à huile [1].

Mais quels sont les impacts de cette production sur les petits producteurs, sur les communautés afro-colombiennes et indigènes, sur l’environnement, l’accès à la terre, les droits humains, les droits sociaux ?
Quelle est la part de responsabilité des « pays développés » dans le développement de ces cultures dans les pays du Sud, notamment pour la production d’agrocarburants ? Quels impacts dans un pays en conflit comme la Colombie ?

La Colombie . La Colombie

C’est pour entendre, voir sur le terrain et analyser les effets de cette production dans les communautés affectées par ces monocultures qu’une « mission de vérification internationale sur l’impact de la culture (palmier à huile et canne à sucre) pour les agrocarburants en Colombie » a eu lieu du 1 au 11 juillet 2009.

En savoir plus

# Biocarburants : Graines d’injustice, par Gilles Toussaint (La Libre Belgique, 30 juillet 2009)

# Dans l’enfer des agro-carburants, par Christine Renaudat (Le Soir, 11 août 2009)

# Monocultures, agrocombustibles et droits humains en Colombie , une galerie de photos ramenées par le représentant du CNCD-11.11.11. En ligne sur www.cncd.be/photos

# « La palma no se come », « La palme ne se mange pas », un rapport de la mission par Stéphane Compère, chargé des programmes Amérique latine & Caraïbes au CNCD-11.11.11 et Monique Munting, réalisatrice.

[1« Palmier à huile » ou « palme africaine ». Nous parlerons ici de palmier à huile, les communautés afro colombiennes ne voulant pas associer le mot « africain » à une production qu’elles estiment connotée négativement.

Lire aussi

Qui ? Stephane Compère
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 48

Inscrivez-vous à notre Newsletter