×

Dakar 2011

Le Forum social mondial et la Marche mondiale des Femmes

Sabine Kakunga Sabine Kakunga
10 février 2011

Feedback du Forum social mondial, édition 2011.

Du 6 au 11 février s’est tenue à Dakar la 11e édition du Forum social mondial (FSM). Celui-ci est la plus grande rencontre de mouvements altermondialistes dont la première édition a eu lieu au Brésil en 2001. Le Forum de Dakar a donné lieu à de nombreuses activités. L’accent était mis sur l’histoire des résistances des peuples africains. Il s’agissait de créer une interface entre les luttes et les stratégies en Afrique, dans les pays du Sud et dans le reste du monde. S’il est impossible de présenter tout ce qui s’est passé à Dakar, arrêtons-nous simplement à l’atelier sur le suivi de la Marche mondiale des Femmes (MMF).

La MMF est un mouvement international qui, depuis 2010, a entrepris des actions dans plusieurs pays du monde autour de quatre champs d’action : autonomie économique des femmes, bien commun et services publics, violence envers les femmes, paix et démilitarisation. Le point culminant de ce processus s’est réalisé à Bukavu en République démocratique du Congo (RDC) en octobre 2010. Le choix s’était porté sur Bukavu, d’abord pour exprimer la solidarité avec les femmes de l’est de la RDC, mais aussi pour continuer le travail de réflexion et de dénonciation de la militarisation croissante du monde. Lors de cette action, une mission de solidarité a été effectuée dans la région de Muenga où 14 femmes et un homme ont été enterrés vivants par les milices armées. En outre, une manifestation de plus de 20.000 personnes a eu lieu pour exprimer la solidarité internationale envers les femmes vivant dans des situations de conflits.

Au récent Forum de Dakar, la MMF était présente avec la délégation venue de la RDC pour échanger avec les femmes et les hommes qui viennent d’autres pays et qui résistent aux différentes formes de militarisation. C’était un moment favorable pour approfondir les analyses qui ont comme point de départ les demandes et engagements que les femmes portent depuis de la rencontre de Bukavu pour les quatre champs d’actions.

La violence sexuelle envers les femmes a tellement été répandue pendant le conflit en RDC qu’elle est même considérée comme une caractéristique de cette guerre. Les viols ont aussi pour but de désorganiser la vie communautaire, de pousser les habitants à se déplacer ou à accepter de travailler dans des conditions d’esclavage.

À Dakar, la MMF a plaidé de nouveau pour que l’aide aux femmes victimes de violences soit réalisée de façon à ce que les femmes ne deviennent pas les objets de cette aide, mais soient actrices de leur propre vie. Les organisations locales travaillent activement à la promotion de la résolution 1325, adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies en 2000, concernant le rôle de la femme dans la prévention et la résolution des conflits et la consolidation de la paix. Tout ce travail est nécessaire et important. Mais il faut considérer que bien que le Conseil de Sécurité ait adopté six résolutions entre 2000 et 2009, les conflits armés persistent, avec de grandes pertes en vies humaines et d’énormes souffrances parmi les populations civiles.

La MMF a rappelé également que la RDC est un pays très riche en minerais, en eau potable et en forêt. Le conflit armé est alimenté par la convoitise de tous les pays pour les richesses du Congo, alors que le peuple vit dans des conditions de grande pauvreté. C’est le peuple, et en particulier les femmes, qui sont les plus capables d’évaluer comment se passe la production de minerais en RDC. Ce sont elles qui doivent parler des enjeux de la présence des groupes armés et des entreprises étrangères dans ces activités et en mesurer l’impact environnemental et social.

En RDC, plusieurs organisations de femmes existent au niveau local, mais la concertation entre elles n’est pas facile car le pays est trop vaste. Les rencontres entre personnes coûtent très cher, les problèmes sont nombreux suite aux conflits armés qui se répercutent de plusieurs manières dans la société et ont comme conséquence des tensions permanentes et des violations graves des droits humains.

À Dakar, la MMF a appelé à la solidarité avec les femmes du Congo. Il est important de les renforcer pour que leurs démarches aboutissent et assurent une vie de justice, de liberté, d’égalité pour les femmes et tout le peuple congolais. Un des résultats recherchés est le rassemblement des femmes des différentes provinces de la RDC pour se constituer autour d’un cahier des charges, une plate-forme des demandes et des actions nationales. Les femmes de la RDC cherchent les moyens pour se rassembler, trouver une manière de travailler ensemble et construire une coordination nationale de la MMF en mouvement permanent.

Qui ? Sabine Kakunga
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 49 / +32 (0) 471 794 373

Inscrivez-vous à notre Newsletter