×

Témoignage

Le travail décent expliqué par et pour les enfants

18 janvier 2010

Antonin Vernaeve a 9 ans, et il est en 4e primaire à l’école Notre-Dame de Céroux-Mousty.
Il participe depuis trois ans à l’Opération 11.11.11, avec sa maman, qui fait partie du Groupe local 11.11.11 d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Cette année, Antonin a voulu aller plus loin que la vente de produits… il a relevé le défi d’expliquer la thématique du Travail décent aux enfants de sa classe, en exploitant l’une des possibilités qu’offre la mallette pédagogique Travail Décent.

Il a ainsi suscité l’intérêt de son école, et ce, surtout parce que le projet venait d’un élève !

Nous lui laissons la parole :

Qu’est-ce qui t’as donné envie de parler de l’opération 11.11.11 et du travail décent en classe ?

Au début je vendais juste pour m’amuser avec ma maman et après ma maman m’a expliqué pourquoi on vendait. Alors j’ai pris conscience de à quoi ça servait et j’ai voulu faire plus.

Tu as utilisé la mallette pédagogique. Qu’y as-tu choisi comme outil ?

Comme j’ai reçu la mallette très tard et aussi parce que j’avais choisi le thème sur le travail des enfants, je n’ai utilisé que le DVD sur le travail des enfants.

Comment as-tu utilisé ce DVD ?

J’ai regardé le film pour mieux comprendre et j’aurais voulu le montrer en classe mais cela n’a pas été possible au moment prévu.
L’institutrice de 3e a dit aussi que c’était un problème pour les plus petits que le film soit sous-titré.

Mais tu t’es adapté et tu as tout de même pu expliquer la thématique aux autres élèves. Cela t’a-t-il semblé facile d’expliquer le travail décent en classe ?

Moyennement, parce qu’il y a des choses que les autres enfants ne comprenaient pas bien.

J’avais choisi de parler du travail des enfants parce que c’est un sujet intéressant pour les enfants. Et aussi parce que moi je le comprenais mieux et que je pouvais mieux l’expliquer.

Comment ont réagit les élèves de ta classe lorsque tu leur as parlé du travail des enfants ?

Il y avait ma classe de 4e mais aussi une classe de 3e.
Certains étaient choqués ou intéressés, d’autres s’en fichaient.
Mais il y a quand même eu des questions, comme « pourquoi doivent-ils aller travailler ? », « S’il y a plusieurs enfants, doivent ils tous aller travailler ? », etc…

Cela leur a-t-il donné envie de participer à l’opération 11.11.11 ?

Pas tous, mais quelques uns ont manifesté l’envie de participer.
Plusieurs sont venus acheter quelque chose au stand que j’avais installé avec ma maman après les cours. Et certains se sont portés volontaires pour nous aider l’année prochaine !

Serais-tu donc prêt à recommencer l’année prochaine ?

Bien sûr ! D’ailleurs le directeur de mon école est d’accord.
Ce serait bien d’avoir une mallette pour les enfants de primaire.
Et aussi de l’avoir assez tôt pour préparer une animation en classe.

Merci, et félicitations à toi Antonin ! Nous te donnons rendez-vous en 2010 !

Cette interview a été publiée ddans le 5e n° de 11 s’informe, le périodique trimestriel du CNCD-11.11.11 adressé au réseau de bénévoles/ volontaires.

Lire aussi

Au Pérou, contre l'esclavage domestique

Au Pérou, contre l’esclavage domestique

Au Pérou, comme dans les autres pays d’Amérique latine, des milliers de jeunes femmes pauvres ne trouvent pas d’autre travail que celui de domestique dans des familles fortunées. Cette situation les rend très vulnérables et favorise les abus de la (...)


Travailleuses d'un sous-traitant d'Adidas
Analyse

Garantir le travail décent dans les chaînes d’approvisionnement

Comment imposer aux entreprises le respect de normes sociales et environnementales et le versement d’un salaire décent dans leur chaîne d’approvisionnement ? Faute d’un accord multilatéral, c’est aux États d’agir : en garantissant la transparence, en (...)


  • Arnaud Zacharie

    25 octobre 2018
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter