Communiqué de presse

Les consommateurs belges sont induits en erreur : l’huile de palme 100% durable est un mythe

Ce mercredi 7 février, plusieurs ONG publient un rapport intitulé « Le mythe de l’huile de palme 100% durable ». La principale conclusion, en effet : les initiatives d’autorégulation lancées par les entreprises du secteur de l’huile de palme n’ont pas apporté de réels changements sur le terrain. Les problèmes causés par la production massive d’huile de palme sur l’environnement, la santé et les droits humains restent majeurs. En Belgique, le label « huile de palme durable », induit les consommateurs en erreur. C’est pourquoi, la coalition d’ONG plaide en faveur d’une régulation européenne contraignante. Elle demande à la Belgique de prendre la main dans ces discussions, notre pays étant le second plus gros importateur par habitant de l’UE.

L’huile de palme est l’huile végétale la plus produite au monde (62 millions de tonnes en 2016). On en trouve partout : les produits alimentaires, les cosmétiques, les agrocarburants… Face aux dégâts provoqués par la production massive d’huile de palme sur l’environnement (déforestation, perte de biodiversité, hausse du réchauffement climatique), la santé des consommateurs, les droits des travailleurs et des communautés locales, plusieurs initiatives du secteur privé ont vu le jour depuis le début des années 2000.

En Belgique, le secteur s’est organisé en 2012 au sein de l’ « Alliance belge pour l’huile de palme durable » (Belgian Alliance for Sustainable palm Oil, la BASP). Suite à une conférence de presse organisée par la BASP en décembre 2015, plusieurs médias ont relayé que l’objectif de 100% d’huile de palme certifiée durable était atteint en Belgique. Deux ans plus tard, cette annonce ne se vérifie pas dans les faits.

C’est ce qui ressort du rapport « Le mythe de palme 100% durable » [lien] publié par FIAN, le CNCD-11.11.11 et 11.11.11 (coupoles francophone et néerlandophone des ONG belges), AEFJN (Africa Europe Faith and Justice Network), Oxfam, la Commission Justice et Paix, BNNR/RBRN (réseau belge ressource naturelle).

https://youtu.be/774b3SOPF5c

Ce rapport passe à la loupe les engagements du secteur privé, dont ceux de l’Alliance. L’enjeu est réel : le Belge en consomme en moyenne 40 kg par an. Or, une grande partie de l’huile vendue sur le marché belge n’est pas certifiée, compte tenu du manque de représentativité de l’Alliance belge. N’en font pas partie, le secteur des agrocarburants, de la restauration et de la grande distribution (COMEOS). Le secteur des cosmétiques s’est associé à l’Alliance, sans être lié par des engagements. La FEVIA (fédération de l’industrie alimentaire) fait partie de l’Alliance, mais ne peut imposer à ses membres de respecter ses engagements.

Au plan international, la Table ronde sur l’huile de palme durable (Roundtable for Sustainable Palm Oil – RSPO), rassemble de grands acteurs du secteur et quelques ONG environnementales et sociales. Elle a mis en place un système de certification, qui montre ses limites. Sur le plan environnemental, le label RSPO promeut la non-déforestation. Pourtant, en Indonésie et en Malaisie (dont émane 85% de la production), des plantations certifiées se trouvent dans des zones ayant fait l’objet de déforestation au cours des vingt dernières années. Sur le plan social, des atteintes aux droits humains (non-respect du salaire minimum, travail des enfants) ont été constatées par Amnesty international sur des plantations certifiées RSPO.

La complexité de la certification RSPO crée également de la confusion chez le consommateur. Il est difficile de savoir ce qu’il achète et si le produit contient réellement de l’huile de palme certifiée durable ou non.

Les initiatives volontaires ayant échoué à résoudre les problèmes causés par la production industrielle d’huile de palme, les organisations demandent au gouvernement belge, en particulier au Vice-Premier ministre, Kris Peeters, en charge des Consommateurs, ainsi qu’à la Commission européenne d’instaurer une régulation contraignante au secteur afin de limiter les dommages environnementaux, sanitaires et sociaux.

Documents

Le mythe de l’huile de palme 100% durable - Les limites des initiatives volontaires : le cas de la RSPO et de l’Alliance belge pour une huile de palme durable
PDF - 4.2 Mo