×

Malgré les promesses, les parents de Mawda toujours en attente de régularisation

Carine Thibaut Carine Thibaut
20 décembre 2018

Des mois après la port tragique de leur petite fille, malgré les promesses du Premier ministre, les parents de Mawda n’ont toujours pas de clarté sur leur situation de séjour en Belgique. Un jugement est attendu vendredi.

Le 17 mai dernier, une petite fille du nom de Mawda perdait la vie dans le cadre d’une course poursuite sur l’autoroute entre policiers et passeurs. La mort tragique de la petite fille, décédée des blessure par balle, émeut la Belgique au point que le premier ministre reçoit les parents quatre jours après le drame. Charles Michel déclare que le dossier sera pris en main, qu’ils n’ont pas à craindre une expulsion. Et depuis tout ce temps, plus rien, plus aucune nouvelle du gouvernement fédéral. La famille vit depuis des mois de la solidarité citoyenne qui finance le logement mis à disposition par une commune bruxelloise. En effet, lors du décès, une levée de fonds avait lieu qui finance tous les frais liés à leur séjour. En effet, ils n’ont droit à aucune aide sociale, ni même le droit de travailler ce qui aux dires des proches de la famille empêche les jeunes parents de faire leur deuil, de se reconstruire une vie. Une situation totalement absurde : leur statut est en effet totalement flou, ils n’ont pas de permis de séjour. A l’époque, le premier ministre s’était engagé devant les députés à régulariser la famille, mais depuis, plus rien. Leur vie est suspendue. Heureusement, la Plateforme citoyenne d’aide aux migrants les entoure d’une solidarité sans faille : visites, cours de français, machine à coudre sont devenus des manières de ne pas laisser cette famille dans la peur et le désespoir. Heureusement aussi, leur fils plus âgé va à l’école, et cela se passe bien.

Ce vendredi, le verdict du tribunal du travail sera rendu dans l’affaire qui oppose la famille de Mawda au CPAS de Woluwé Saint Lambert. Les parents ont demandé à recevoir une aide sociale, mais le CPAS répond qu’il n’est pas compétent, que c’est au fédéral d’agir. Face à un tel ping-pong institutionnel, la famille a porté plainte. Une mobilisation lue la plateforme citoyenne et soutenue par le CNCD-11.11.11 est lancée avec pour objectif de faire connaître la situation tragique d’une famille dont l’enfant est décédée sur le sol belge.

Tags: Migrations

Lire aussi

L'après-Marrakech, ses incertitudes et ses sources d'espoir

L’après-Marrakech, ses incertitudes et ses sources d’espoir

La manifestation d’extrême droite de ce dimanche 16 décembre résulte de l’instrumentalisation du Pacte migratoire et d’une campagne de désinformation savamment orchestrée par la N-VA et le Vlaams Belang. Ce Pacte migratoire, adopté par la Belgique et de (...)


  • Cécile Vanderstappen

    17 décembre 2018
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter