×

Géostratego

Mieux répartir les richesses pour éviter la déflation

Arnaud Zacharie Arnaud Zacharie
2 novembre 2010

Le moment est venu de réorienter le cours de la globalisation vers un système de coopération économique et plus de justice sociale, au Nord comme au Sud. Une perspective aux antipodes de l’agenda conservateur qui nous mène tout droit vers le marasme économique et social. Explications.

La crise financière a révélé les déséquilibres de l’économie mondiale
provoqués par la globalisation. Suite au tournant néolibéral des années 1980, les fonds d’investissement ont pris le contrôle des firmes transnationales qui ont fragmenté leurs chaînes de production en vue de réduire les coûts du travail et de doper leur valeur boursière. Au Nord comme au Sud, il en a résulté une explosion des profits financiers et une diminution de la part des salaires dans les richesses produites. Le modèle de croissance mondiale a ainsi reposé sur les exportations des pays émergents à bas salaires vers les marchés occidentaux, où les ménages ont de plus en plus consommé à crédit. Ce modèle a persisté jusqu’à ce que la capacité d’endettement des ménages occidentaux arrive à saturation, ce qui a provoqué la crise immobilière de 2007, la crise bancaire et financière de 2008 et la récession mondiale de 2009.

La moitié des gains de productivité échappe aux salaires

Aujourd’hui, la crise de la dette privée s’est doublée d’une crise
de la dette publique : les coûteux plans de sauvetage des banques
et la chute des revenus fiscaux provoqués par la récession ont
entraîné une explosion de l’endettement des Etats occidentaux.
Sous la pression des marchés financiers, les gouvernements mettent progressivement fin aux plans de relance en adoptant des plans d’austérité. Bien que la demande privée reste faible, les Etats adoptent ainsi des programmes de consolidation budgétaire. En d’autres termes, tous les agents économiques tentent simultanément de se désendetter en diminuant leurs dépenses et en augmentant leur épargne. Il en résulte un risque de déflation, c’est-à-dire un cercle vicieux de désendettement où l’excès d’épargne et la faiblesse de la demande provoquent une chute généralisée des prix et de l’activité économique. Un scénario dans lequel est embourbé le Japon depuis deux décennies.

Lire la suite sur www.imagine-magazine.com

Source : Imagine demain le monde, n°82, novembre-décembre 2010.

Lire aussi

Maroc : mobilisations croissantes pour la justice sociale

Maroc : mobilisations croissantes pour la justice sociale

Alors que les leaders du Hirak du Rif étaient condamnés le 26 juin dernier à de lourdes peines, la contestation pour plus de justice sociale prend de nouvelles formes au Maroc. Depuis quelques mois, les citoyens marocains boycottent certaines (...)


  • Nathalie Janne d’Othée

    21 août 2018
  • Lire
À Kinshasa, l'Opération 11.11.11 avec les enfants des rues

À Kinshasa, l’Opération 11.11.11 avec les enfants des rues

En octobre dernier, dans le cadre de l’Opération 11.11.11, une équipe de la RTBF s’est rendue à Kinshasa à la rencontre des enfants de la rue. Ils seraient au moins 20.000 à y vivre. Le reportage témoigne de l’action entreprise depuis 2003 entre l’ONG (...)


Les limites de la course à la compétitivité des Etats
Géostrégo

Les limites de la course à la compétitivité des Etats

Assimiler la compétitivité des Etats à celle des entreprises mène à une impasse. La course au moins-disant social, fiscal et environnemental est contre-productive. C’est pourquoi les gouvernements devraient privilégier des politiques publiques leur (...)


  • Arnaud Zacharie

    1er septembre 2017
  • Lire
Qui ? Arnaud Zacharie
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 (0) 2 250 12 41

Inscrivez-vous à notre Newsletter