×

Migrations : voir plus loin que l’émotion momentanée

Nicolas Van Nuffel Nicolas Van Nuffel
4 octobre 2015

Il aura fallu l’insoutenable image du cadavre d’un petit garçon syrien pour que nos consciences se réveillent. Un peu partout en Belgique et en Europe, la solidarité se met désormais en place pour accueillir les milliers de réfugiés qui arrivent sur notre sol, fuyant les guerres qui ravagent la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan. Une mobilisation sans précédent pour une crise qui l’est tout autant.

Le CNCD-11.11.11, qui travaille sur la question des migrations depuis de nombreuses années, soutient ses membres actifs dans l’accueil des réfugiés : le CIRÉ, Médecins du Monde, Caritas, ... Avec eux et d’autres, nous nous sommes engagés dans la campagne “Refugees Welcome”, pour dire une nouvelle fois notre souhait que la Belgique remplisse ses obligations internationales et ouvre ses portes à ceux qui fuient la violence.

Mais si cet élan de solidarité à court terme est indispensable, il ne suffira pas. Nous devons donc agir dans la durée, pour lutter contre les causes profondes des migrations forcées. L’Europe porte une lourde responsabilité dans plusieurs des conflits qui secouent son voisinage. Au-delà de la stricte question des réfugiés, ses politiques ont, nous le disons depuis longtemps, des conséquences désastreuses sur les pays en développement : des paysans d’Afrique de l’Ouest incapables de faire face à la concurrence de nos exportations à ceux du Vietnam dont les champs sont envahis par la mer ou aux ouvrières du Bangladesh sans accès à la protection sociale, nombreux sont ceux qui doivent partir pour chercher une vie décente. Et la plupart n’arrivent d’ailleurs jamais chez nous ; l’Europe est loin d’accueillir toute la misère du monde : une bonne partie des migrants et, entre autres, 86% des réfugiés, vivent dans les pays en développement.

En attendant un monde suffisamment juste pour ne plus forcer les gens à quitter leur terre d’origine, nous devons, d’urgence, mettre fin aux violations des droits humains qui marquent le parcours des migrants. L’Europe doit assurer des voies légales d’accès à son territoire pour les candidats à la migration, elle doit cesser de s’enfermer dans une politique sécuritaire, aussi coûteuse qu’inutile, qui la rend responsable de la mort de milliers de personnes chaque année. Plus largement, il est temps qu’elle cesse d’avoir peur de regarder l’avenir et d’avoir peur de l’autre. Rappelons-nous que les migrations ont existé de tout temps et ont contribué à forger ce que nous sommes. Tout compte fait, comme le rappelait la campagne FrontEXIT que nous menons depuis deux ans, l’Europe ne démontre-t-elle pas encore une fois qu’elle est en guerre con- tre un ennemi qu’elle s’invente ?

<vimeo|numero=62183585>

Tags: Migrations

Source : 11 s’informe, bulletin du réseau des volontaires 11.11.11.

Lire aussi

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

Eurafrique : la menace migratoire imaginaire

La menace d’une ruée migratoire africaine vers l’Europe est un mythe. La fermeture des frontières et la fin de l’aide au développement réclamées par les adeptes du repli national-populiste sont des solutions contre-productives. Ce dont l’Europe a besoin (...)


  • Arnaud Zacharie

    4 mars 2019
  • Lire
Qui ? Nicolas Van Nuffel
Adresse Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter