×

Projet Sud 11.11.11

Pérou : protéger la terre et l’eau

Frédéric Thomas Frédéric Thomas
27 juin 2011

Dans le nord du Pérou, l’exploitation minière est en pleine expansion et pose de nombreux défis. L’ONG Servicios Educativos Rurales (SER) contribue à répondre à ces enjeux en formant associations et autorités locales à s’approprier et à se positionner sur les questions de gestion du territoire et des ressources naturelles.
L’Opération 11.11.11 soutient ce travail.

Le 26 avril dernier, dans la région de Hualgayoc, au nord du Pérou, des affrontements entre les paysans et la police ont fait plusieurs blessés. La tension n’avait cessé de croître à l’approche de l’audience publique convoquée par le ministère de l’Énergie et des Mines, afin d’étudier le projet controversé d’expansion du projet d’exploitation minière Tantahuatay. De « publique », cette audience, qui a durée 22 minutes en tout, n’avait en réalité que le nom. En effet, plusieurs centaines d’habitants ainsi que 5 représentants du gouvernement régional qui voulaient s’y rendre ont été bloqués en chemin par la police, mettant ainsi le feu aux poudres.

Il ne s’agit là que d’un exemple parmi d’autres des conflits qui se multiplient dans le pays autour des questions des ressources naturelles, de l’environnement et du développement. Une grande partie du territoire de la région de Hualgayoc est concédée aux nombreuses mines d’or qui prospèrent dans la région. Pourtant, de cette richesse, les habitants ne connaissent que l’envers : contamination de l’eau (à cause des déchets chimiques de l’exploitation minière), dégradation de l’environnement et accentuation des inégalités sociales. Environ 68% de la population de cette région vit en zone rurale et presque autant dans la pauvreté.

Gestion participative

Une formation du SER . Une formation du SER

Ce paradoxe constitue la toile de fond de l’intervention de l’association péruvienne Servicios Educativos Rurales (SER). Avec l’appui d’Entraide et Fraternité et du CNCD-11.11.11, elle réalise un programme de gestion participative du territoire, particulièrement d’actualité. Le gouvernement a en effet lancé un ambitieux programme de « Zonification économique et environnementale (ZEE) ». L’objectif est de dresser une carte des différentes activités (économiques et autres), ressources et potentiels de chaque région afin de permettre une planification durable des ressources et une orientation adéquate des investissements et politiques publiques. Les Commissions environnementales régionales (CAM en espagnol) sont chargées de la mise en œuvre de ce programme au niveau local. Le travail principal du SER consiste à former et accompagner les autorités locales, les associations paysannes et les organisations de base au sein de ces commissions. Les formations servent à acquérir les capacités techniques et les moyens de répondre aux questions plus générales de l’occupation et de la gestion du territoire, en lien avec l’environnement. Elles vulgarisent les éléments techniques et éclairent les enjeux politiques. Le but est aussi d’assurer une réelle participation de l’ensemble des acteurs sociaux, particulièrement des paysans les plus pauvres et les plus éloignés de la ville et, surtout, des femmes. De plus, en réunissant les pouvoirs locaux et les organisations sociales, se construit un espace de concertation, de gestion et de prévention de conflits. Enfin, il s’agit de renforcer les CAM en veillant à ce que leurs décisions soient respectées et institutionnalisées.

Contenir l’exploitation minière

Pour les représentants des autorités locales et des communautés au sein de la CAM de Hualgayoc, la ZEE offre un mécanisme pour contenir l’exploitation minière actuelle, empêcher toute nouvelle exploration et protéger leurs terres et les sources d’eau si nécessaires à l’agriculture. D’ailleurs, la zone du projet de Tantahuatay avait été identifiée comme une zone sensible, « de très grande importance hydraulique ». D’où la colère des habitants. Le SER les aide à s’approprier la démarche et à la faire respecter, tout en consolidant la mise en avant des projets alternatifs – notamment agricoles. Bien sûr, les défis restent énormes, fragilisés par les expériences passées, qui ont vu les grandes entreprises, avec la complicité de l’État, contourner et manipuler systématiquement les mécanismes de consultation et de contrôle populaires.

De cette richesse issue de l’exploitation minière, les habitants ne connaissent que l’envers

Dans un pays en pleine croissance, riche en ressources naturelles, où les conflits sociaux et environnementaux sont en hausse et se radicalisent, le travail du SER à Hualgayoc et à Jaen (autre région un peu plus au nord) constitue un levier stratégique. En aidant la société péruvienne à s’approprier et à se positionner sur les questions de gestion du territoire, de protection de l’environnement et de choix énergétiques, il permet de renverser la fausse image véhiculée par le pouvoir d’Indiens et de paysans passifs, opposés au développement du pays.

La carte que les habitants de Hualgayoc, appuyés par le SER, dessinent avec la ZEE est tout autant une carte de l’espace qu’une carte du temps et du symbolique : elle délimite les contours du passé et du présent, des inquiétudes et des désirs, du monde que les paysans et paysannes aimeraient léguer à leurs enfants.

Source : cet article a été publié dans dlm, demain le monde, n°8, juillet-août 2011 // www.cncd.be/dlm

Lire aussi

Qui ? Frédéric Thomas
Adresse Quai du Commerce, 9 - 1000 Bruxelles
Téléphone +32 250 12 30

Inscrivez-vous à notre Newsletter