×

Communiqué de presse // Vidéo

Pour une enquête sur les irrégularités commises par les services secrets colombiens en Belgique

1er décembre 2010

Des ONG et des victimes demandent à la justice belge d’enquêter sur les irrégularités commises par les services secrets colombiens en Belgique.

Bruxelles, 1er décembre 2010 – Hier, six organisations ayant leur siège en Belgique et deux personnes physiques, toutes victimes des actions illégales du DAS (Service de renseignement colombien), ont présenté leur dépôt de plainte à la presse. Il s’agit de Broederlijk Delen, Oxfam-Solidarité, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, le CNCD-11.11.11, Oidhaco, et le CIFCA. La plainte a été déposée auprès du juge d’instruction du tribunal de 1re instance de Bruxelles.

Lors de la conférence de presse, une des avocates, Madame Véronique van der Plancke, a brièvement commenté le contenu de la plainte. Dès la semaine prochaine, la police judiciaire fédérale convoquera les victimes pour entendre leurs témoignages.

Cette affaire, connue sous le nom « Opération Europe », consistait en la pratique d’espionnage par le DAS afin de discréditer les militants et les organisations belges travaillant pour les droits de l’homme en Colombie. Un autre objectif de cette opération, était de discréditer « le système juridique européen, la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen et le Bureau du Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme ».

Nicolas Van Nuffel, responsable du plaidoyer politique au CNCD-11.11.11, a exprimé sa préoccupation quant à l’attitude des institutions européennes sur le scandale du DAS : « Comme on ne voit pas de démarches entreprises, nous, en tant que société civile avons pris la décision d’agir. Nous espérons que ces infractions graves, qui constituent une menace pour la démocratie, seront poursuivies. »

Patricia Verbauwhede, responsable des programmes Colombie à Broederlijk Delen ajoute : « Grâce à un de nos partenaires en Colombie, nous avons eu la preuve physique que le service de renseignement colombien a ordonné de surveiller notre organisation, d’espionner mes relations avec nos partenaires et de nous empêcher l’obtention d’un financement de l’UE. Ce sont des choses inadmissibles. Il s’agit d’une violation des droits de l’homme et une atteinte grave à la vie privée. Mais on n’est pas surpris. Ca fait déjà longtemps qu’on est actifs en Colombie dans le domaine des droits de l’homme et la démocratisation. Les organisations partenaires que nous soutenons, sont actives dans la défense juridique des victimes de violations des droits de l’homme où l’implication de l’appareil gouvernemental a été démontrée. »

Les organisations qui ont déposé plainte, ainsi que des individus qui travaillent ou ont travaillé pour elles, ont été victimes d’écoutes téléphoniques, d’interceptions de courriers, de cambriolages pour soustraire des fichiers informatiques et de menaces. Elles estiment que ces actions illégales constitutives de diffamation, d’espionnage et d’intimidation entravent le fonctionnement de la démocratie en Colombie et en Europe. Etant donné qu’il s’agit d’atteintes graves aux droits fondamentaux en Belgique, la Ligue des Droits de l’Homme a décidé d’apporter son soutien aux plaignants.

Les plaignants demandent à la justice belge de mener une enquête et d’identifier les responsables de ces crimes, pour qu’ils ne restent pas impunis et pour que cela ne se reproduise plus. En effet, il n’est pas acceptable qu’un service de renseignement soit utilisé pour paralyser les activités de ceux qui travaillent pour la paix, la démocratie, le développement et le respect des droit humains dans le monde. Les plaignants souhaitent également que les autorités judiciaires et politiques belges protègent les victimes.

Vidéo

Regardez le reportage de Télébraille (http://telebraille.tv/) sur cette conférence de presse.

Contacts presse

CNCD-11.11.11 // Stéphane Compère, 0494/11.03.56
Broederlijk Delen // Patricia Verbauwhede, 0494/03.77.24
FIDH : Karine Appy/Fabien Maître, +33.1.43.55.14.12/+33.1.43.55.90.19
Oxfam- Solidarité // Alex Therry, 0475/87.41.29
Ligue des Droits de l’Homme // Manu Lambert, 0479/86.90.81

Veuillez trouver en annexe le résumé de la plainte.

Tags: Colombie

Lire aussi

La centrale d'Hidroituango engloutira 79 kilomètres de berges le long des canyons de la Cauca, au Nord de la Colombie.
Une femme, une cause

Isabel Zuleta, au chevet des rivières vivantes

Cheville ouvrière du Mouvement des rivières vivantes, la jeune colombienne Isabel Zuleta s’oppose à la construction du gigantesque barrage d’Hidroituango qui engloutira 79 kilomètres de berges, faisant disparaître une riche biodiversité tropicale, des (...)


  • Jean-François Pollet

    22 octobre 2018
  • Lire
Colombie : le droit à la terre condition d'une paix durable

Colombie : le droit à la terre condition d’une paix durable

« Je suis un paysan de la région de Cordoba. […] Je suis arrivé avec ma femme Elisabeth Hernandez et mes deux fils, Leonardo Henrique Gomez et Eder Gomez, pour travailler. J’ai consacré ma jeunesse à construire une ferme... Quand je l’’ai enfin (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter