×

RD Congo : détention de Christopher Ngoyi Mutamba et meurtres de manifestants

6 février 2015

Le CNCD-11.11.11 choqué par la détention de Christopher Ngoyi Mutamba et les meurtres de dizaines des manifestants.

Le CNCD-11.11.11 a appris avec indignation l’enlèvement du congolais Christopher Ngoyi Mutamba, grand défenseur des droits humain, par la Police militaire et sa détention au secret depuis bientôt 18 jours, sans accès à ses avocats et aux membres de sa famille.

Du 19 au 21 janvier 2015, des manifestations se sont déroulées à Kinshasa et dans certaines provinces. Les manifestants dénonçaient la tentative de la majorité au pouvoir de conditionner l’organisation des élections présidentielles et législatives au recensement général de la population.

Au cours des dites manifestations des dizaines de personnes ont été tuées par certains éléments de la Police nationale congolaise, des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la Garde républicaine, alors que d’autres ont été blessées. Plusieurs autres personnes ont fait l’objet d’arrestations arbitraires ou sont menacées de mort par les services de sécurité.

Nous sommes profondément indignés et inquiets par la détention de Christopher Ngoyi Mutamba dans un lieu tenu secret et par le non-respect de ses droits fondamentaux qui lui sont reconnus par les lois de la République démocratique du Congo et les normes internationales relatives aux droits humains.

Cet événement montre une fois de plus la complexité des conditions dans lesquelles doivent travailler au Congo les défenseurs des droits humains. Nous constatons déjà depuis quelques années que leur situation s’aggrave et que l’espace des libertés se réduit de plus en plus. Il s’est créé ainsi un climat suivant lequel les défenseurs des droits humains et les journalistes critiques sont menacés, arrêtés et parfois assassinés.

Le CNCD-11.11.11 demande aux autorités belges :

  • de dialoguer avec les autorités congolaises en vue d’indiquer l’endroit où se trouve Christopher Ngoyi Mutamba, de le garder en vie et de lui permettre d’avoir un procès juste s’il est inculpé par une infraction reconnue par la loi ;
  • de demander aux autorités congolaises qu’une enquête soit ouverte pour faire la lumière sur les circonstances du décès des personnes lors de ces mobilisations, tout en sachant que dans de précédents cas de meurtre de défenseurs des droits humains et des citoyens, il n’y a pas eu de poursuites contre les auteurs ou les commanditaires de ces actes ;
  • que la Belgique accorde systématiquement plus d’attention aux droits humains au Congo ainsi qu’au climat d’impunité qui y règne depuis un certain temps.

Les ministres belge des Affaires étrangères et de la Coopération qui se rendront au Congo à la mi-février devront mettre sur la table au cours du dialogue avec les autorités congolaises la gravité de la situation.

Contact

Arnaud Zacharie
Secrétaire général du CNCD-11.11.11
arnaud.zacharie cncd.be
+32 (0) 2 250 12 41
Sabine Kakunga
Chargée de programmes sur l'Afrique centrale au CNCD-11.11.11
sabine.kakunga cncd.be
Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles
+32 (0) 2 250 12 49 / +32 (0) 471 794 373

Lire aussi

Gaza : la santé, principale victime de la répression israélienne

Gaza : la santé, principale victime de la répression israélienne

Publié fin février, le rapport de la Commission d’enquête de l’ONU relève les violations graves du droit international commises par Israël à l’encontre des manifestants palestiniens à Gaza, mettant en lumière leurs impacts sur le système de soins de santé (...)


  • Nathalie Janne d’Othée

    21 mars 2019
  • Lire
Pendant que les ressources halieutiques sahraouies sont exploitées par des armateurs européens, les réfugiés établis dans les camps de Tindouf dépendent entièrement de l'aide humanitaire.
Sahara occidental

Accords UE-Maroc : les droits humains foulés aux pieds

Le 13 février 2019, le Parlement européen doit se prononcer sur l’extension de l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc aux eaux territoriales sahraouies. A plusieurs reprises, la Cour de Justice de l’UE (CJUE) s’est exprimée sur le (...)


  • Nathalie Janne d’Othée

    11 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter