×

RDC : les travailleurs de l’informel ne sont pas des outils

RDC : les travailleurs de l'informel ne sont pas des outils

L’Opération 11.11.11 soutient le projet de la CSC en RDC pour sa troisième année. Ce projet vise à améliorer les revenus et les conditions de travail des travailleurs et travailleuses de la RDC.

Pourquoi ?

L’économie de la RDC est aujourd’hui bien plus pauvre qu’elle ne l’était à l’indépendance. La désorganisation de l’offre et l’érosion presque continue de la demande l’ont entraînée depuis les années 1970 dans une spirale négative, provoquant l’informalisation de secteurs entiers, voire leur « criminalisation », jusqu’à ce que le pays s’installe dans une économie de guerre à la fin des années 1990. Au Congo, il existe pourtant une législation du travail, le Code du Travail, reprenant des normes en matière de durée du travail, de santé et de sécurité au travail, mais les autorités veillent très peu à faire respecter ces lois. Alors que les travailleurs de l’économie formelle bénéficient d’une protection sociale et d’un droit du travail très restreints et lacunaires, le principal groupe de travailleurs, qui se trouve dans l’économie informelle, en est entièrement dépourvu. Leur salaire mensuel tournerait aux alentours de 30$.

La lutte des syndicats pour le respect du droit du travail au Congo fait face à une entrave particulière, à savoir le manque de dialogue social. Pour pouvoir parler de travail décent au Congo, il faut absolument qu’il y ait une concertation structurelle entre les autorités et les partenaires sociaux et que des conventions collectives soient conclues entre les travailleurs et les employeurs en faveur de conditions de travail correctes et de salaires minima, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Un problème particulier pour le dialogue social en RDC est celui de la fragmentation syndicale. Les autorités ont octroyé un agrément à environ 450 syndicats. Dans le meilleur des cas, la plupart de ces syndicats ne dépasse même pas le niveau d’union corporatiste. Ces organisations sont, dans les pires des cas, des syndicats jaunes ou patronaux ou encore des conjonctures affairistes, créées par des individus qui veulent gagner de l’argent à court terme. Les autorités doivent réguler de toute urgence le champ des relations collectives de travail et les syndicats doivent également unir leurs forces pour assurer un meilleur fonctionnement syndical.

Actions concrètes mises en œuvre :

  • Formation de 1200 délégués et militants syndicaux
  • Assistance aux membres pour la résolution des litiges individuels et collectifs
  • Négocier les protocoles d’accord et la CCT pour les meilleures conditions de travail et de vie
  • Implanter la CSC dans les entreprises chinoises
  • Informer les travailleurs congolais sur les alternatives syndicales sur le travail décent en RDC : parution 6 fois par année du journal « Notre Lutte »
  • Organiser les travailleurs de l’économie informelle par secteurs d’activités
  • Mettre en place des services pour les militants de l’économie informelle, notamment faciliter l’accès des travailleurs économie informelle à la formation professionnelle et l’obtention des micro-crédits

Inscrivez-vous à notre Newsletter