Dakar 2011

RIO + 20 – 1 : c’est parti pour la mobilisation !

Nicolas Van Nuffel Nicolas Van Nuffel
14 février 2011

En quittant Dakar, ONG et mouvements sociaux du monde entier se sont donné rendez-vous tout au long des 15 mois qui viennent. Vingt ans après le Sommet de la Terre, ils se sont lancé un défi : éviter que le prochain sommet soit celui de l’accaparement de la Terre !

Climat, ressources naturelles, modèle agricole et alimentaire, changement des modes de productions et de consommation… autant d’enjeux qui ont traversé de nombreuses rencontres tout au long du Forum social mondial de Dakar. Avec une préoccupation partagée par toutes et tous : se réapproprier les choix de société majeurs qui deviennent inéluctables face à l’évidence de l’épuisement de notre planète.

Parmi ces nombreuses rencontres, un atelier était organisé le mardi 9 février par le CNCD-11.11.11 et ses partenaires du programme Une seule planète. Il avait pour but d’identifier les « fausses bonnes solutions » proposées par les élites économiques du Nord et du Sud, mais aussi de provoquer la rencontre et le dialogue entre différents mouvements sociaux en recherche d’alternatives : une centaine de participants issus d’ONG, de syndicats, de mouvements paysans ou encore de réseaux de communautés locales ont ainsi pu échanger leurs points de vue. Ils ont pu comprendre à quel point leurs constats étaient proches, mais aussi identifier leurs points de divergence et réfléchir à comment les dépasser. Transition juste, souveraineté alimentaire, « bien vivir », autant de concepts et d’idées qui méritent de se rencontrer et de se renforcer les uns et les autres.

Après deux journées consacrées à de multiples activités d’échange, le Forum s’est ensuite orienté vers l’action. C’est ainsi que 38 assemblées ont été organisées pour identifier les combats à mener ensemble, concrètement, pour faire avancer nos projets communs.

Une date importante est apparue dans de nombreux agendas : mai 2012. Vingt ans après le Sommet de la Terre, qui avait marqué une balise majeure dans l’histoire du développement durable, la communauté internationale se retrouvera en effet à Rio l’année prochaine pour un nouveau sommet. Mais il semble bien que nos dirigeants soient nettement moins ambitieux que leurs prédécesseurs : désormais, ils se concentrent sur le « verdissement » de l’économie. Ils semblent avoir oublié que celui-ci n’est pas une fin en soi et que l’objectif final est d’organiser un bien-être durable pour tous les habitants de la planète.

C’est pourquoi mouvements sociaux et environnementaux, syndicats, paysans se sont donné rendez-vous à Rio de Janeiro en mai 2012, pour faire de cette rencontre un sommet de peuples. Et éviter que l’agenda de celui-ci soit accaparé par les grandes entreprises transnationales. Leur programme est en effet très clair : pour verdir l’économie, il faut privatiser et gérer par le marché tout ce qui nous entoure. Climat, forêts, biodiversité, patrimoine génétique, etc.

Mais avant Rio, d’autres moments devront recueillir toute l’attention de la société civile. Le G20 du mois de novembre 2011 sera l’occasion de tester la volonté des dirigeants des plus grandes économies du monde à réformer le système international. La 17e Conférence pour le climat, qui se tiendra à Durban en décembre, sera l’occasion pour eux de faire le choix entre d’un véritable accord juste, ambitieux et contraignant pour sauver l’équilibre de notre planète… ou de la laisser couler.

Mais de Cannes à Rio en passant par Durban, nos décideurs ne prendront enfin les décisions que nous attendons que si nous, citoyens, restons mobilisés. A nous donc d’agir tout au long des 18 mois qui viennent ! Avec vous ?

Lire aussi

Inscrivez-vous à notre Newsletter