×

Robin des Bois enterré à Bruxelles

14 juin 2016

Il voulait « prendre aux riches pour donner aux pauvres ». Il n’a pas eu le temps de faire ses preuves. Robin des bois a été enterré ce mardi dans le parc de Bruxelles, en face du Parlement belge.

Ce mardi 14 juin, sept ONG et syndicats [1] ont procédé devant les portes du Parlement fédéral belge à l’enterrement de la taxe qui porte le nom du célébrissime justicier de la forêt de Sherwood.

La Taxe Robin des bois, ou Tobin, est le nom couramment donné à la taxe sur les transactions financières qu’exige une multitude de mouvements citoyens depuis de nombreuses années afin de freiner la spéculation financière.

Proches d’un accord

Petit rappel des faits. Le projet d’imposer les transactions financières est sur la table de l’Union européenne depuis 2011, époque à laquelle remonte la première proposition de directive de la Commission. Depuis, les 28 Etats membres n’ont pas réussi à adopter une position commune. En 2012, vu l’impossibilité de recueillir l’unanimité requise, 10 Etats membres, dont la Belgique, décident d’avancer et de poursuivre les pourparlers en « coopération renforcée ». Après quatre ans de négociations lentes et laborieuses, on est proche d’une solution. Huit pays sont parvenus à un accord sur la plupart des modalités. Seuls deux pays résistent encore : la Slovénie et la Belgique. La Slovénie, parce qu’elle souhaite obtenir une taxe plus ambitieuse que le compromis trouvé par les 8 Etats membres. A l’inverse, la Belgique souhaite obtenir de très nombreuses exceptions et exemptions à sa mise en œuvre, ce qui aurait pour conséquence de la vider de sa substance.

  (Crédit : © Michel Dubois )

Volte-face belge

Il s’agit d’un incompréhensible volte-face pour la Belgique, qui faisait partie des pionniers en la matière suite à l’adoption en 2004 d’une loi en faveur d’une telle taxe. Pour Arnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11, « le ministre des Finances Van Overtveldt aime rappeler les balises décrites dans l’accord de gouvernement pour justifier son acharnement contre la taxe. Il oublie de préciser que ce même accord engage la Belgique à contribuer de manière constructive à ce projet. Contrairement à ce qu’il affirme, ce n’est pas la TTF qui poserait problème à l’économie réelle, mais la spéculation financière qu’elle est censée freiner et le manque de recettes fiscales qu’elle pourrait contribuer à combler ».

Ce que le shérif de Nottingham n’a pas réussi, le gouvernement belge est en train de l’accomplir. A moins que …

[1Le CNCD-11.11.11, Oxfam solidarité, CSC, FGTB, FAN, 11.11.11, Attac Vlaanderen.

Lire aussi

Réguler la mondialisation

Réguler la mondialisation

Ni le repli nationaliste, ni l’agenda néolibéral ne sont susceptibles d’apporter les réponses adéquates aux déséquilibres de la mondialisation. Seule une approche progressiste et internationaliste visant à encadrer la mondialisation par des régulations (...)


  • Arnaud Zacharie

    23 avril 2019
  • Lire
« La crise financière de 2008 avait soulevé des émeutes de la faim dans les grands villes du Sud, affamées par la flambée des prix des produits alimentaires. A Haïti, ceux qui ne peuvent pas se payer à manger se contentent d'une galette d'argile qui tient au ventre. »
Du nord au Sud, et à l’envers

Crise de la dette au Sud

Dix ans après la chute de Lehman Brothers, les pays en développement croulent à nouveau sous les dettes. Et les répercussions sont graves : flambée des prix, politiques d’austérité, sous- investissements (...)


  • Jean-François Pollet

    18 mars 2019
  • Lire
Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin
Un nouveau label pour « les investissements durables et socialement responsables »

Voyage au cœur du greenwashing avec Febelfin

Febelfin propose un label pour « les investissements durables et socialement responsables » qui tolère les énergies fossiles « conventionnelles » et qui permet des seuils de 10% pour l’industrie du tabac, 10% pour le commerce des armes « normales » et (...)


  • Antonio Gambini

    8 février 2019
  • Lire

Inscrivez-vous à notre Newsletter