×

Communiqué de presse

Rupture de la coopération belgo-congolaise : il faut des mesures pour protéger les droits des Congolais

25 janvier 2018

Le CNCD-11.11.11 a pris connaissance avec inquiétude du courrier adressé par les autorités congolaises au gouvernement belge, signifiant qu’Enabel, l’agence belge de développement, n’a plus de raison d’être en RDC. La RDC a également annoncé la fermeture de la Maison Schengen à Kinshasa, qui est administrée par la Belgique et gère les demandes de visa pour la zone Schengen. Les populations congolaises seront les principales victimes des conséquences de telles décisions.

La décision congolaise intervient après que la Belgique ait annoncé le 10 janvier dernier la révision de sa coopération bilatérale avec le Congo, en vue de réorienter 25 millions d’euros d’aide vers l’aide humanitaire et le soutien à la société civile congolaise, suite au retard pris dans l’organisation des élections.

Malgré la réorientation de 25 millions d’euros d’aide, quelques 80 millions d’euros de programmes de coopération bilatérale devaient continuer d’être mis en œuvre par Enabel pour des projets bénéficiant à la population congolaise dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’agriculture.

« La déclaration du ministre congolais semble indiquer une volonté de la part du gouvernement congolais de mettre fin à l’ensemble des programmes de développement bilatéraux en cours, ce qui serait désastreux pour le peuple congolais », souligne encore Arnaud Zacharie. « C’est pourquoi le gouvernement belge doit prendre les mesures pour faire en sorte que l’aide prévue continue de bénéficier aux populations locales, par d’autres canaux qu’Enabel s’il le faut  ».

La décision congolaise vise également à isoler la Belgique et affaiblir la position européenne en faveur de l’organisation des élections et de la décrispation politique. C’est pourquoi le CNCD-11.11.11 demande à la Belgique de prendre les mesures diplomatiques pour que l’UE maintienne une position commune en faveur des droits des populations congolaises.

Lire aussi

Climat : le mois de vérité

Climat : le mois de vérité

Il reste un mois au monde politique pour approuver la Loi Climat, premier pas nécessaire pour définir le cadre de lutte contre le changement climatique. La Coalition Climat déplore qu’après 3 mois de mobilisation citoyenne intense, aucune mesure (...)


Inscrivez-vous à notre Newsletter